La conseillère aux Etats Verte genevoise Lisa Mazzone et son collègue socialiste Carlo Sommaruga sont candidats à leur propre succession lors des élections fédérales d’octobre 2023, ont-ils annoncé samedi dans la Tribune de Genève. Ils sont tous deux entrés à la chambre haute du Parlement fédéral en 2019.

Notre analyse: La course au Conseil des Etats est ouverte dans les cantons romands

«Je souhaite continuer à amener avec Lisa la vision de Genève au Conseil des Etats, celle d’une société ouverte et solidaire, qui a beaucoup à apporter au reste de la Suisse», explique Carlo Sommaruga dans l’entretien. «Carlo et moi travaillons très bien ensemble à Berne, où nous sommes complémentaires», indique pour sa part Lisa Mazzone. Elle ajoute que si elle est réélue, elle présidera le Conseil des Etats à partir de décembre 2024, «vingt-cinq ans après la dernière Genevoise à ce poste, Françoise Saudan».

Développer le Léman Express et défendre les locataires

Les deux élus, qui siègent ensemble à la commission des affaires juridiques présidée par Carlo Sommaruga, rappelle celui-ci, revendiquent un «un rôle important dans divers dossiers, notamment pour moderniser la justice», dixit le socialiste, avant d’ajouter: «Ma voix de défense des locataires est essentielle. Durant le Covid, je me suis battu pour que les locataires commerciaux soient aidés et, ensemble, nous nous sommes aussi engagés pour les indépendants et les milieux culturels et sportifs.»

Lisa Mazzone, elle, retient son engagement «pour que le mariage pour toutes et tous comprenne l’ensemble des droits (PMA pour les femmes et droit d’adoption)». Elle poursuit: «Et en matière d’énergie, j’ai œuvré à un changement de paradigme fondamental pour le développement des énergies renouvelables, avec des objectifs deux fois plus ambitieux que ceux du Conseil fédéral et des moyens financiers conséquents.» Si elle est réélue, l’écologiste entend travailler pour que Genève obtienne le financement du développement du Léman Express. Son collègue affirme lui qu’il se battra «contre les offensives des milieux immobiliers».

Conseil fédéral et hégémonie de 15 ans

Alors que Les Vert·e·s ont renoncé à présenter un candidat à la succession de Ueli Maurer au Conseil fédéral le 7 décembre prochain, la Tribune de Genève demande à Lisa Mazzone si le poste, un jour, pourrait l’intéresser. «Chez tous les parlementaires, c’est quelque part dans la tête, répond-elle. Ma motivation première, ce sont les enjeux climatiques, la lutte contre les inégalités, c’est ça qui me fait aller à Berne et persévérer, pas un plan de carrière. Mais on ne sait jamais ce qui se passe dans la vie.»

L’alliance rose-verte occupe les deux sièges genevois du Conseil des Etats depuis quinze ans. Lisa Mazzone et Carlo Sommaruga avaient succédé en 2019 à Liliane Maury Pasquier (PS) et à Robert Cramer (Les Vert·e·s), qui ne se représentaient pas après trois législatures à la chambre des cantons.