Quel nouveau découpage administratif et électoral pour le canton de Vaud? La question ne passionne pas le grand public, mais elle mobilise beaucoup d'énergie dans la classe politique et les autorités régionales. On ne compte plus le nombre de projets. Condamnés à disparaître, les petits districts ont été les premiers à militer pour leur rattachement à tel ou tel ensemble. Les débats montrent que la question fait naître ici ou là des espoirs exagérés, comme si des frontières administratives élargies suffisaient à faire naître la force et la prospérité. Ces discussions mettent en tout cas en évidence la frustration qui existe dans le canton face à l'absence de véritables structures régionales, en lieu et place du morcellement actuel.

Faute de consensus sur le nombre des districts, la Constituante s'est contentée d'imposer une fourchette de 8 à 12, contre 19 actuellement. N'ayant pas davantage réussi à se mettre d'accord, le Conseil d'Etat vient de mettre en consultation deux variantes (LT du 07.07.2005). La grosse différence est le sort réservé à l'agglomération de Lausanne, principale difficulté dans le débat public qui commence. Pour un premier face-à-face, Le Temps donne la parole à un partisan et à un adversaire résolus du district du «Grand Lausanne».