Les Suisses s’acheminent vers le durcissement du renvoi des criminels étrangers, qui deviendra plus automatique selon le texte voté ce dimanche, au risque d’enfreindre les conventions du Conseil de l’Europe.

Le contre-projet à l’initiative de l’UDC sur les criminels étrangers, qui visait à un certain durcissement des renvois mais dans le respect des traités internationaux, est rejeté, repoussé par la majorité des cantons, selon l’institut gfs.bern.

L’initiative UDC obtiendrait 53% des suffrages, selon une projection de l’institut gfs.bern avec une marge d’erreur de 3%, et le contre-projet serait refusé à 53% avec la même marge d’erreur. Les résultats seraient très serrés, avait annoncé à 14h00 le directeur de l’institut gfs.bern Claude Longchamp. Mais peu avant 15h00, les dernières projections indiquaient que le Oui allait bien s’imposer

Premier canton à donner des résultats définitifs, Glaris dit Oui à 60,8% au texte de l’UDC et Non au contre-projet à 58,6%, avis confirmé dans la question subsidiaire. Les cantons de Nidwald, Argovie et les Grisons ont aussi dit Oui à l’initiative et Non au contre-projet (voir notre carte).

Les exceptions

Selon des chiffres définitifs, Genève refuse par presque 56% l’initiative populaire de l’UDC sur les criminels étrangers, comme le Jura (56%), Bâle-Ville (57%), Neuchâtel (56%) et Fribourg (51%) (voir notre carte).

Les records

Le canton d’Appenzell a voté Oui à l’initiative UDC à 65,7% des voix.