L’Unesco a refusé samedi d’inscrire l’oeuvre de l’architecte franco-suisse Le Corbusier sur la liste du patrimoine mondial, a annoncé une porte-parole du Comité du patrimoine mondial. Elle n’a pas donné d’explication sur cette décision.

Le projet transnational proposait de regrouper une trentaine d’oeuvres du Corbusier en une seule entrée dans la liste du patrimoine mondial. Ces constructions sont disséminées en Allemagne, Argentine, Belgique, France, Japon et Suisse.

En Suisse sont concernés les villas Jeanneret-Perret «Maison Blanche» et Schwob «Villa Turque» à La Chaux-de-Fonds, l’immeuble Clarté à Genève et la «Petite villa au bord du lac Léman» à Corseaux.

L’ICOMOS (Conseil International des Monuments et des Sites), l’organisation consultative de l’UNESCO pour les sites culturels du Patrimoine mondial, avait déjà émis des réserves quant au projet Le Corbusier: la recommandation est de «différer» l’inscription. Le dossier pourrait être révisé, selon un communiqué de l’Office fédéral de la culture (OFC).

Le Comité du patrimoine mondial, réuni depuis lundi à Séville, a inscrit vendredi plusieurs nouveaux sites sur sa liste du patrimoine mondial, dont le massif italien des Dolomites, le mont Wutai en Chine, connu pour ses lieux de culte bouddhistes, et la mer des Wadden (Pays-Bas).

Il doit également se prononcer sur la candidature de La Chaux-de- Fonds et du Locle, proposée par la Suisse pour leur urbanisme horloger, qui se distingue par «le parallélisme entre la philosophie, les caractéristiques de la production horlogère et l’aménagement de la ville» selon l’Unesco.

Au total, 27 sites naturels ou culturels sont en lice pour l’inscription au patrimoine mondial, qui compte déjà 878 sites inscrits, dont 679 sites culturels, 174 sites naturels et 25 sites mixtes, dans 145 pays.