L'ancien président du Comité international de la Croix-Rouge, Cornelio Sommaruga, a été placé samedi à la tête de la Fondation suisse pour le réarmement moral. Il succède à Marcel Grandy qui l'a présidée durant dix ans. La fondation est située à Caux, au-dessus de Montreux, dans un ancien palace.

Cornelio Sommaruga participe depuis plusieurs années aux sessions de Caux. Il a notamment œuvré au sein de l'Agenda pour la réconciliation, une initiative qui vise à soutenir les processus de paix et de réconciliation dans les régions en conflit. Historiquement, l'organisation a joué un rôle non négligeable dans le processus de réconciliation franco-allemand après la Deuxième Guerre mondiale.

Le but de l'organisation est, entre autre, de renforcer la dimension morale et spirituelle de la démocratie et de développer le sens éthique entre les acteurs du monde économique. Pour Cornelio Sommaruga, «le mouvement de Caux désire plus de responsabilité collective et individuelle dans les relations humaines». Si les fondements du mouvement étaient avant tout imprégnés par le protestantisme, il n'évolue plus aujourd'hui dans un cadre confessionnel particulier. Il prône avant tout «l'écoute de la voix divine, de la conscience et le respect de valeurs morales universellement reconnues». Ces valeurs comme la pureté, le désintéressement de soi, l'amour ou l'honnêteté, la fondation veut les promouvoir à travers le monde. Cornelio Sommaruga se déclare d'ailleurs «heureux de pouvoir œuvrer à la mondialisation de la responsabilité.»

Chaque année à Caux, au-dessus de Montreux, la fondation organise des rencontres internationales. Ces symposiums réunissent tous les étés des personnalités provenant du monde entier et appartenant à différents milieux socio-culturels. La création d'un réseau d'hommes et de femmes de cultures et de religions différentes est également au centre des préoccupations de la fondation.

Cette année, les rencontres auront pour thèmes: les fondements de la liberté pour l'Est et l'Ouest, les objectifs et valeurs pour le siècle prochain, le partenariat entre l'homme et l'économie. Une table ronde sur le conflit qui a déchiré le Kosovo sera également mise sur pied.