Plusieurs associations annoncent avoir déposé une plainte pénale contre le chef de la task force scientifique, Martin Ackermann. Elles lui reprochent d’avoir proféré des «menaces alarmant la population» en invoquant l’article 258 du Code pénal. Selon toute vraisemblance, une telle plainte n’a pourtant que fort peu de chances d’aboutir.