Ce n’est pas une crise mais un net coup de froid. Les Etats membres de l’UE ne sont pas contents de la tournure des discussions prise le 23 avril entre Ursula von der Leyen et Guy Parmelin et ont dit leur inconfort mercredi soir lors d’une réunion avec Stéphanie Riso, l’homologue de la secrétaire d’Etat Livia Leu.

Ils sont d’abord agacés par la façon dont Guy Parmelin a pris la Commission par surprise le 23 avril avec son intransigeance sur les trois points litigieux de l’accord-cadre, perçue comme «un ultimatum», selon une source européenne. Puis par la façon dont la presse suisse a ces derniers jours dépeint la nature des négociations. Une description «fausse» et des «fake news», selon les termes d’un diplomate.