Vaud

Coup de pioche décisif pour l’Aéropôle de Payerne

Les travaux du bâtiment principal de l’aérodrome civil de Payerne ont commencé. Le projet s’inscrit dans le développement du très attendu Aéropôle, futur parc technologique de la Broye

«Je suis un homme heureux», nous confie Damien Piller, promoteur du futur bâtiment aéroportuaire dont la construction a débuté ce lundi matin à Payerne. «J’ai lancé cette idée il y a quatorze ans et nous avons longtemps pensés être les seuls à croire au projet. Maintenant que le chantier est ouvert, cela montre bien que nous irons jusqu’au bout!» annonce fièrement le Fribourgeois.

La syndique de Payerne partage son engouement: «C’est la dernière pièce du puzzle qui permettra l’essor économique de la région intercantonale de la Broye», affirme, convaincue, Christelle Luisier. Le nouvel édifice, dont l’achèvement est prévu pour 2019, se dressera en pièce maîtresse au sein de l’Aéropôle, parc technologique en devenir de 40 hectares jouxtant l’aérodrome militaire et civil.

Il accueillera plusieurs bureaux distincts: les infrastructures indispensables au fonctionnement de l’aérodrome, comme la douane, qui seront exploitées par la commune. Des hangars et surfaces de bureaux destinés au service d’aviation d’affaires genevois Speed Wings, entreprise présidée par Damien Piller, maître d’œuvre et principal investisseur. Enfin, des locaux restent vacants, prêts à loger d’autres entreprises qui préfèrent «louer plutôt que construire», explique la syndique.

Un pari sur l’avenir

«Ce projet représente un acte de foi envers le futur», raconte Damien Piller. «S’il n’est pas complètement déraisonnable du point de vue financier, ce n’est certainement pas un projet classique. Pour le moment, nous voulons simplement couvrir les coûts. Nous devrions y arriver dans les cinq ans», explique-t-il.

Avocat, administrateur de sociétés, promoteur et homme de médias, le Fribourgeois aime sa région: «J’ai été député au Grand Conseil (fribourgeois) et je m’intéresse à Payerne dans le cadre du développement économique de la Broye.» Sur un projet devisé à 28 millions de francs, il en investira 25, le reste de la facture revenant à la commune

Si les bénéfices ne seront pas immédiats, Damien Piller décèle du potentiel: «L’aérodrome de Payerne est situé directement à une sortie d’autoroute dans une zone à fort potentiel économique et offrira des infrastructures à taille humaine. En outre, Cointrin est extrêmement encombré et l’axe routier Genève-Lausanne également. La situation géographique n’est pas mauvaise du tout, bien au contraire», explique-t-il.

Grandes attentes autour de l’Aéropôle

Le projet s’inscrit dans une entreprise de développement plus large: L’Aéropôle. «Le but est de développer un pôle de compétences aérotechniques. Nous espérons créer 1600 places de travail», explique le directeur de la communauté régionale de la Broye (COREB), Pierre-André Arm.

Exploitant civil de l’Aéropôle, il détaille la situation actuelle: «Le site réunit deux zones. La première a un accès direct à la piste et l’autre non: SolarStratos, qui développe un avion solaire capable d’atteindre la stratosphère, est par exemple établi dans la première alors que Groupe E, actif dans les énergies renouvelables, se trouve dans la deuxième.»

Boschung, constructeur de déverglaceuses aéroportuaires et de véhicules de balayage urbain, complète le tableau des entreprises établies sur le site. En attendant Speedwings.

Porteur de beaucoup d’espoirs, soutenu financièrement par les communes et les cantons, le projet Aéropôle avait subi un revers conséquent lors de la mise en faillite rocambolesque de S3, société qui s’était lancée dans le développement de vols suborbitaux. Une «affaire malheureuse» selon Damien Piller. Qui n’entame en rien sa foi dans le projet actuel.

Publicité