Vaud

Coup de sac à la tête de l’EPFL

Sous la houlette de Martin Vetterli, la direction de l’Ecole sera entièrement renouvelée

Coup de sac. Martin Vetterli, le futur président de l’EPFL, arrivera à la tête de l’Ecole début janvier avec une direction entièrement renouvelée. A la démission déjà annoncée du vice-président d’André Schneider, qui va diriger l’Aéroport de Genève, s’ajoutent les départs des autres membres de l’actuelle présidence, autour de Patrick Aebischer. Le Conseil des EPF annonce ce lundi la nouvelle donne.

Lire aussi: A l’EPFL, les trois grands chantiers de Martin Vetterli

Les départs

Adrienne Corboud Fumagalli, qui s’occupait du transfert de technologie, va se concentrer sur l’animation d’un laboratoire et d’une start-up. Chargé des systèmes d’information, Karl Aberer revient à l’enseignement. Quant à Philippe Gillet, qui dirigea la maison pendant un congé sabbatique de Patrick Aebischer, reste professeur, mais rejoint par ailleurs Sicpa, l’entreprise vaudoise leader mondiale dans les encres de billets de banque, qui cherche à diversifier ses champs d’activité.

Les futurs vice-présidents

La direction qui prendra les commandes en janvier comptera un membre de plus, soit six personnes au total. Professeur d’origine belge en génie électrique et électronique, Pierre Vandergheynst, deviendra vice-président à l’éducation, secteur dans lequel il s’est déjà impliqué. Venant du domaine des matériaux, Andreas Mortensen sera chargé de la recherche. Spécialiste notamment du management de la technologie, Marc Gruber prend la vice-présidence à l’innovation. Déjà en place à la présidence à la faveur d’un intérim, Etienne Marclay prendra les ressources humaines et les opérations. Enfin, Edouard Bugnon, qui a longtemps œuvré aux Etats-Unis dans l’informatique et les start-up, s’occupera ad interim des systèmes d’information.

Le conseil des EPF indique que cette composition a été élaborée «en accord» avec Patrick Aebischer, et qu’elle garantit une «continuité». Ce renouvellement complet laisse toutefois penser que Martin Vetterli veut se donner une large marge de manœuvre.


A ce sujet

Publicité