Le couple retrouvé dans le glacier des Diablerets lundi dernier a été identifié.

Lire aussi: Le glacier des Diablerets a rendu les corps d’un couple disparu en 1942

Une action rendue possible grâce à la très bonne conservation dans la glace des corps de Marcelin Dumoulin et de son épouse, Francine, depuis leur disparition en 1942. Frank Rühli, directeur de l’Institut de médecine évolutive de l’Université de Zurich, revient pour Le Temps sur la momification naturelle, un phénomène bien particulier. 

Le Temps: Peut-on dire que ce couple est réellement momifié, comme les momies retrouvées dans l’Egypte ancienne?

Frank Rühli: Oui, ce sont de vraies momies, selon les images. La momification se définit comme la préservation des tissus mous (muscles, vaisseaux sanguins…). Il y a deux types de momifications. Cela peut être des momies artificielles, grâce à l’embaumement, comme dans l’Egypte ancienne par exemple. Elles peuvent aussi être naturelles, déshydratées et conservées dans des tourbières, dans des déserts ou encore dans la glace. La momification dans la glace est différente de la cryogénisation, qui est un refroidissement très extrême des tissus, alors qu’ici c’est un gel beaucoup plus lent. Le couple a été momifié à cause de la température très basse, dans le glacier des Diablerets. Les corps ont été préservés dans les couches supérieures de la glace; dans les couches plus profondes, les glaciers bougeant peu à peu brisent souvent les os des corps emprisonnés.

– Les corps sont en effet bien conservés et on a pu les identifier récemment. Comment est-ce possible? Quelle partie du corps se conserve le mieux dans la glace?

– Ce sont les bactéries qui provoquent la décomposition. Même si la neige est humide et peut détériorer le corps, la température est trop basse pour que les bactéries soient actives. Dans ces conditions, ce sont souvent les os et les cheveux qui sont les mieux conservés. Les objets se conservent également très bien dans la neige pour les mêmes raisons. Dans ce cas, on a retrouvé une montre, un sac à dos en cuir, et même un livre. En revanche, pour les organes internes, c’est plus compliqué. L’estomac et les intestins se détruisent en premier, car ce sont les parties du corps qui contiennent le plus de bactéries (microbiote intestinal, sucs gastriques…). Puisque les tissus sont conservés, l’ADN l’est aussi normalement, surtout chez les momies glacées non âgées (le couple avait disparu en 1942). En revanche, l’ADN disparaît très vite si le corps est exposé à l’humidité ou au soleil. En tout cas, les momies sont très fragiles et ont souvent commencé leur décomposition quand on les trouve.

– Est-ce une découverte surprenante?

– Oui et non. On trouve régulièrement des corps conservés dans des glaciers. On en trouvera plus encore, car le déplacement des glaciers s’accélère en raison du changement climatique. Mais ce sont souvent des individus isolés ou, comme dans les hautes montagnes, un groupe de randonneurs plutôt qu’un couple. Certains corps sont récents comme c’est le cas ici, d’autres sont beaucoup plus anciens, telle la momie Ötzi, retrouvée dans le glacier du Hauslabjoch en Italie et datant de 3300 av. J.-C. Même s’ils sont momifiés, il ne faut pas oublier que ce sont des personnes mortes, exactement de la même façon que des cadavres classiques. Il faut donc les respecter.