«Les migrants récemment établis en Suisse conservent bien souvent des habitudes de conduite variant d’un pays à l’autre.» Fort de ce constat, le canton de Fribourg organise samedi une journée «Conduire en CH» destinée aux communautés portugaise et albanophone dans leur propre langue. Le canton l’a annoncé ce mercredi.

Sur 9000 mesures administratives en 2010 dans le canton de Fribourg, dont 4600 retraits de permis, entre 30 et 35% concernaient des personnes d’origine étrangère, selon André Demierre, chef du service juridique de l’Office de la circulation et de la navigation. «Notre but est de leur indiquer que notre système juridique est très dur dans ce domaine.»

«Il ne s’agit pas de les stigmatiser», ajoute Bernard Tétard, délégué à l’intégration des migrants. Ces cours sont du même modèle que pour des conducteurs suisses, mais dans une autre langue que le français et l’allemand. A Fribourg, un tiers des 55 000 à 60 000 étrangers sont Portugais, tandis que 7000 sont albanophones.

Jeunes «frustrés»

Une bonne solution, estime Djeme Dauti. D’origine albanaise, il est moniteur pour le permis en deux phases à Genève et il a participé à la mise en place de cette journée. «La jeunesse albanaise est connue pour la vitesse et la provocation sur la route, estime-t-il. Certains jeunes ne se rendent pas compte qu’une voiture peut se transformer en arme.» Cette différence n’est «pas énorme» avec les jeunes Suisses, nuance-t-il. Il l’explique par le fait que «les jeunes Albanais ont été frustrés durant des années. Au Kosovo, il n’y a pas d’autoroute. En Suisse, certains se disent qu’ils peuvent rouler vite.»

Et quelles sont les «habitudes» qui varient d’un pays à l’autre? «Il y a le cas d’un Portugais, récemment arrivé en Suisse, qui s’est fait attraper deux fois pour excès de vitesse en se rendant au travail à 5 h du matin. Il se disait que c’était moins dangereux durant la nuit, car il y a moins de monde sur la route. Il a appris que notre système est le plus sévère d’Europe», explique Bernard Tétard. Autre incompréhension: les démarches pour obtenir le permis. Certains imaginent qu’ils peuvent passer leur permis lorsqu’ils sont en vacances dans leur pays, selon Bernard ­Tétard. «Mais le permis ne sera pas valable en Suisse.»