Le top départ sera donné ce samedi à 9h30 au parc de Mon-Repos de Lausanne. Equipés de gants et de sacs, les «ploggeurs» arpenteront les rues de la ville au pas de course, tout en ramassant les déchets urbains. Ces joggeurs d’un nouveau type sont apparus d’abord dans les pays scandinaves, en 2016. Ils se répandent désormais dans le pays qui passe pour l’un des plus propres du monde.

Le terme plogging est une contraction entre le verbe plocka upp, qui veut dire ramasser en suédois, et les mots jogging/running. Pour lutter contre les déchets sauvages, Lausanne s’y est mise et organise pour la deuxième fois son #LausannePlogging. L’idée lui en a été soufflée par trois citoyens qui avaient repéré le phénomène sur les réseaux sociaux. D’autres villes de Suisse romande se lancent, comme Thônex (GE), qui propose pour la première fois dimanche un Urban Plogging, ou Pully (VD) le mois prochain.

D’autres bonnes raisons de courir

Pas de trottinette ou de vélo ce jour-là. Seuls les piétons et leurs sacs biodégradables seront autorisés sur le parcours. Les sacs fournis seront ensuite pesés en fin de course pour évaluer qui aura été le plus attentif. «L’approche est collective plutôt qu’individuelle. Les gens viennent en famille mais pas seulement, cela crée du lien social pour ceux qui viennent seuls», affirme la conseillère municipale Natacha Litzistorf (Les Verts), chargée de l’Environnement à l’exécutif de la ville de Lausanne.

Lire également: «#Trashtag», le défi écolo qui ne décolle pas en Suisse

Les sédentaires qui assènent sur un ton moqueur des «courir sans but ne sert à rien» n’auront plus d’excuses. En résumé, à chaque fois que vous voyez un déchet, vous devez le ramasser, en position de «squat» de préférence. Certains adeptes vont même jusqu’à fouiller les buissons ou escalader les arbres pour déloger les mégots et autres détritus dispersés par le vent violent. Votre dos ne vous remerciera pas, mais la nature le pourrait.

«L’activité sera plus complète qu’une course à pied traditionnelle, car elle met en mouvement toute la musculature, précise le conseiller municipal Oscar Tosato (PS). «Mais le plogging peut se pratiquer à tous les niveaux», rassure le responsable des Sports et de la Cohésion sociale de la capitale vaudoise. Des sportifs d’élite, se revendiquant citoyens responsables parmi d’autres, s’engagent: le champion de volleyball Adrien Prével et la skieuse Virginie Faivre, présidente du comité d’organisation des JOJ Lausanne 2020, seront présents samedi.

Pas de chronomètre

Comptez une heure pour effectuer un parcours de 4 kilomètres, soit trois fois plus que le temps estimé dans une course classique. Pas de panique, vous ne serez pas chronométré: courir tout en ramassant des déchets demande de l’application.

A Thônex, la course de dimanche, première du genre, s’inscrit dans la semaine de valorisation des déchets. Cinquante participants se sont déjà inscrits. Deux parcours sont prévus pouvant accueillir un maximum de 100 participants. A l’arrivée, les sacs seront triés et le résultat scruté par Urban Training, l’association qui coordonne le projet.

Rendre citoyenne une action municipale

Les villes ont tout intérêt à populariser ce concept, qui présente de nombreux avantages, notamment en rendant citoyenne une action municipale, explique en substance Natacha Litzistorf. Certes, la ville finance par l’impôt la récolte des ordures, mais cela ne permet pas de tout faire. La ville essaie «d’agir à la source» du littering, le phénomène massif des déchets liés à la consommation et abandonnés dans l’espace public par incivilité. «Nous travaillons avec les enseignes en relation avec la vente à l’emporter, afin de contenir au mieux les dérives, précise la directrice des Finances, Florence Germond, elle aussi impliquée dans le projet. Nous améliorons les infrastructures à disposition de la population: un préavis vient d’être adopté par le Conseil communal pour installer des poubelles de tri enterrées sur les places publiques.»

Lire aussi: Les repas à emporter, un fléau pour l’environnement

Les Vaudois assurent par ailleurs une contribution financière individuelle au ramassage des ordures, en achetant leurs sacs-poubelles payants. La ville, soucieuse de l’environnement, franchit une étape supérieure en sollicitant ses citoyens pour une collecte bénévole.

Plus de détails sur www.lausanne.ch/plogging et urban-plogging.ch/fr/sessions


D’autres sessions d’Urban Plogging auront prochainement lieu à Pully (16 juin), à Ecublens (1er septembre) et à Fribourg (15 septembre).