Un léger avantage pour le oui et beaucoup d’indécis. Le premier sondage réalisé en vue du scrutin sur le Transrun/RER neuchâtelois, le 23 septembre, laisse présager un résultat très serré. Commandé par la Ville de La Chaux-de-Fonds à l’institut MIS Trend, réalisé entre le 26 avril et le 10 mai, il met en évidence une légère adhésion pour le projet (43,2%). Le non obtient 38,4% des intentions de vote. 18,1% des sondés n’ont pas encore fait leur choix. Le sondage ne révèle pas d’opposition entre le haut – qui a le plus à gagner dans l’aventure – et le bas du canton. Les districts de Neuchâtel, de La Chaux-de-Fonds et du Locle accepteraient le projet. Ceux du Val-de-Travers, du Val-de-Ruz et de Boudry le refuseraient.

Pour Laurent Kurth, conseiller communal (exécutif) de La Chaux-de-Fonds et candidat à la succession de Jean Studer au Conseil d’Etat, ce résultat est «plutôt positif». Il confirme «qu’il y a encore du travail pour obtenir une large adhésion, notamment parmi les jeunes». Pour convaincre, le socialiste insiste sur le besoin de faire émerger «un avantage du projet encore peu connu: la suppression du goulet de Vauseyon, qui permettra d’améliorer les cadences sur la ligne du pied du Jura».