«C'est un moment historique que nous nous apprêtons à vivre», s'exclame Liliane Johner, en préambule de son rapport de commission. Réuni mardi soir en séance plénière, le conseil municipal de la Ville de Genève entamait l'examen de la demande d'ouverture d'un crédit de 73 millions de francs pour la construction du nouveau musée d'ethnographie. Les discussions se poursuivront aujourd'hui mercredi à 17 heures, et devraient se terminer par le vote des élus communaux.

«Ce musée est important pour la Genève multiculturelle», soulignait Liliane Johner, élue du Parti du travail. «Il doit être construit par nous demain et non par nos petits-enfants», poursuivait-elle. Pour Evelyne Strubin, des Indépendants, «la décision n'est pas assez mûre. Il faut prendre un peu plus de temps pour s'assurer que ce choix soit le bon, ce que je ne crois pas». Tout le monde ne partage pas cet avis. Pour les radicaux, le projet est le bon, mais pas le financement. «Si la Ville propose 73 millions et arrive à boucler le budget, il sera difficile de trouver des apports extérieurs», craint Michel Ducret.

Toutefois, une modification de taille a soulevé l'étonnement parmi l'assemblée. En effet le montant total de la construction du Musée d'ethnographie a été revu à la baisse, en comparaison du chiffre présenté dans le rapport de commission.

En début de séance, l'huissier à transmis une nouvelle version de l'arrêté soumis aux conseillers municipaux. Dans celle-ci, le montant de la construction s'élevait à 86 millions de francs. Or, dans le rapport de la commission des travaux, rédigé par Liliane Johner, le coût du futur bâtiment est estimé à 90,3 millions de francs.

D'où vient cette différence de 4,3 millions de francs? Selon le service des affaires culturelles de la Ville de Genève, il s'agit d'un oubli du rapporteur de la commission. Dans la rédaction, celle-ci aurait omis de prendre en compte les modifications qui lui auraient été transmises. Liliane Johner, tout en s'excusant de l'erreur, faisait remarquer que la commission «a bien voté la nouvelle version».

Du coup, l'ensemble de la construction, prenant en compte un local pour la voirie et l'aménagement de la place Sturm, qui accueille le projet est devisé, à un peu moins de 94 millions de francs. De ce fait, la participation extérieure de fonds privés et publics doit aussi être revue à la baisse. Elle n'est plus que de 21 millions de francs et non de 25 millions.

Un amendement proposait d'entamer la discussion par la création d'une fondation pour un nouveau Musée d'ethnographie qui s'occuperait de la gestion du projet. Il a été refusé. Bernard Lescaze, conseiller municipal radical, estimant notamment «qu'il serait absurde de créer une fondation alors que la décision de construire le musée n'a pas été prise».