Vaud

Le coût de la santé plafonné pour les ménages vaudois

Conformément à l'adoption de compensations sociales liées à la réforme fiscale RIE III, l'Etat vaudois met en place des mesures d'allègement dans les coûts de la santé. Dès 2019, jusqu'à 39% des ménages pourront être subventionnés

C'est une mesure phare qu'annonçait hier le conseiller d'Etat Pierre-Yves Maillard: dès le 1er septembre 2018, le Canton de Vaud va plafonner le coût des primes maladies pour les ménages vaudois. Le taux sera fixé tout d'abord à 12%, puis baissera à 10% du revenu dès le premier janvier 2019. 

Cette décision s'appliquera à des dizaines de milliers de ménages, qui jusqu'à présent ne bénéficiaient pas de subsides pour les primes maladie. Jusqu'à 39% des ménages vaudois pourrait ainsi obtenir de l'aide pour payer leurs primes.

Une famille de deux adultes et deux enfants au revenu de 90 000 francs par an, pour des frais d'assurances de 1000 francs par mois (calculés sur la base d'une moyenne), se verra par exemple subventionnée mensuellement de 180 francs.

Selon le chef du Département de la Santé et de l'Action sociale, c'est une manière d'aider une classe moyenne de plus en plus sous pression. «La politique sociale ne peut plus être celle du remplacement, mais du complément au salaire», défend Pierre-Yves Maillard.

Sous le feu des critiques

Cette mesure était prévue dans le cadre de la réforme fiscale du canton de Vaud RIE III, qui prévoit un allègement fiscal pour les entreprises et des compensations sociales adéquates.

Pour autant, elle est loin de faire l'unanimité: la droite critique ce qu'elle considère être une politique de l'arrosoir intenable à long terme. Elle suscite également des réactions de la gauche radicale. «Il y a une contradiction à augmenter les aides d'une part alors qu'on baisse massivement les impôts», déplore Hadrien Buclin, député d'Ensemble à Gauche au Grand Conseil. «Il existe un risque de prendre d'une main pour reprendre de l'autre.»

Face aux critiques, Pierre-Yves Maillard dévoilait hier que pour la première fois, les dépenses sociales de 2018 sont en baisse de plus de 2% alors que le canton de Vaud a enregistré un excédent de 641 millions de francs en 2017. Une baisse qui s'est effectuée sans coupe budgétaire. «Il y a simplement moins de gens qui font appel à l'aide sociale.»

Lire aussi: RIE III: Vaud fait cavalier seul

Publicité