C’est la première fois qu’une étude répertorie de manière standardisée les complications et leurs coûts. S’il était déjà incontesté que les complications entraînaient des surcoûts, l’ampleur de ceux-ci a jusqu’à présent été grandement sous-estimée, selon les chercheurs zurichois.

Pour leur analyse, ils ont observé les cas de 1200 patients ayant subi une importante intervention chirurgicale au foie, au pancréas, au gros intestin ou contre l’obésité. Les complications ont été classées en cinq catégories, selon leur gravité.

Du simple au quintuple

Pour les patients sans complications, la facture s’élève en moyenne à 28’000 francs. Dans les cas de complications les plus graves, la note se monte alors à 116’000 francs.

En comparaison internationale, la Suisse s’en sort bien avec une proportion de complications graves mais traitables de 19%. Il existe toutefois des pistes pour baisser encore leur nombre, selon les médecins. Ils suggèrent par exemple de rassembler dans quelques centres les opérations rares et présentant des risques. Une spécialisation et une optimisation des procédés hospitaliers sont également demandées.