A Genève, les autorités tablent sur une sortie de crise dès 2023 pour ce qui concerne la pandémie. Les aides ponctuelles, comme les cas de rigueur applicables aux secteurs économiques sinistrés, diminuent progressivement, tout comme les pertes de revenus découlant de la chute de l’activité de l’aéroport et du gel des intérêts fiscaux – appliqués en temps normal à ceux qui tardent à payer leurs acomptes. Par ailleurs, l’Etat se délestera dès l’an prochain de 49 postes, occupés par des personnes employées temporairement dans le cadre de la gestion de crise. Il réduit aussi son dispositif, notamment à l’hôpital et aux transports publics.