La cellule spéciale d'enquêteurs créée en Suisse après les attentats du 11 septembre 2001 a été transformée au début de cette année en «commissariat de lutte contre le terrorisme et son financement», rattaché à la police judiciaire fédérale. Ses effectifs sont secrets: «Je n'aime pas beaucoup donner des chiffres à ce sujet», explique le procureur Claude Nicati. Selon nos informations, le nouveau commissariat devrait compter à terme quelques dizaines de personnes.

Claude Nicati a avoué que la Suisse était pratiquement partie de zéro avec les attentats du 11 septembre: peu concerné par la menace terroriste avant 2001, le pays disposait d'un nombre infime de spécialistes capables d'analyser les réseaux islamistes. Sur le papier, les effectifs mobilisés contre l'organisation Al-Qaida d'Oussama ben Laden étaient impressionnants – plus de cent personnes. Dans les faits, un groupe d'à peine cinq enquêteurs a fait l'essentiel du travail. Ce qui explique que certaines enquêtes, comme celle commencée en 2002 sur l'achat de cartes téléphoniques suisses par Al-Qaida, ne soient toujours pas terminées.