Le Credit Suisse a annoncé mardi soir être proche d’un accord avec la justice américaine concernant des transactions en dollars effectuées par la banque vers des pays soumis à des sanctions américaines. L’établissement bancaire est prêt à payer une amende de 536 millions de dollars.

Les négociations avec les autorités américaines sont «à un stade très avancé», selon un communiqué de la banque. Les virements en question ont eu lieu entre 2002 et 2007.

Au début de l’année, la justice américaine avait indiqué enquêter sur les agissements de neuf banques européennes, soupçonnées d’avoir aidé l’Iran et le Soudan à contourner les sanctions américaines.

Contacté à l’époque par l’ATS, le Credit Suisse avait reconnu qu’il enquêtait à l’interne depuis déjà deux ans sur d’éventuelles violations des sanctions américaines. Le numéro deux bancaire helvétique n’avait toutefois pas confirmé qu’il était directement visé par la justice américaine.

Le Credit Suisse avait indiqué en 2006 qu’il n’établissait plus de nouvelles relations avec des clients en Iran, en Syrie et en Corée du Nord, trois pays figurant sur la «liste noire» des Etats-Unis.