La flamme des Jeux olympiques de la jeunesse – les désormais fameux JOJ – de Lausanne s’est éteinte sur un bilan plus que positif. Parmi les succès de la manifestation, tout le monde a relevé la patinoire de la Vaudoise aréna, inaugurée le 24 septembre 2019, qui a servi d’écrin aux compétitions de glace. Mais les sourires et les fortes affluences ont masqué une sombre réalité. La société CSM (Centre sportif de Malley), à la fois propriétaire et exploitante de ce complexe omnisport, traverse depuis quelques mois une crise profonde: conflits de travail, sous-effectifs, arrêts maladie en cascade, démissions… A tel point qu’en décembre 2019, plus de la moitié des collaborateurs (11 sur 20) ont signé une lettre de plainte envoyée au Service cantonal de l’emploi, qui demande aujourd’hui un audit.

Pour comprendre l’origine de cette crise, il faut remonter au mois de mai 2019 et l’arrivée d’un nouveau directeur, Christophe Huybrechts, à la tête de CSM. Pour rappel, la société est une structure complexe, détenue par les trois communes de Lausanne, Prilly et Renens (60% du capital), le reste des actions étant aux mains des autres communes de Lausanne Région (12%) et de privés. Le conseil d’administration est présidé par l’ancien syndic de Lausanne, le socialiste Jean-Jacques Schilt.