Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
A la maternité de Zurich, le 27 septembre 2016.
© GAETAN BALLY

Démographie 

La croissance de la population a nettement ralenti en 2017

Avec moins de naissances et un solde migratoire toujours en baisse, le nombre d’habitants en Suisse s’établissait à 8 482 200 fin 2017. C'est moins de 1% de plus qu’en 2016

La population de la Suisse n’augmente plus aussi vite. Avec moins de naissances et un solde migratoire toujours en baisse, le nombre d’habitants s’est établi à 8 482 200 fin 2017, soit moins de 1% de plus qu’en 2016.

Selon des résultats provisoires publiés vendredi par l’Office fédéral de la statistique, la Suisse comptait 62 600 personnes de plus à la fin de l’année dernière. Cette croissance de 0,7% est comparable à celle du début des années 2000 et nettement inférieure aux chiffres des années 2007 à 2016.

Lire aussi l'opinion:  Le déclin démographique de l’Europe est bel et bien amorcé

Presque tous les cantons voient leur population augmenter, Zoug en tête avec 1,2% de croissance. A Neuchâtel en revanche, les départs vers d’autres cantons ont fait reculer le nombre d’habitants (-0,4%). Dans le même cas, le Tessin a en outre subi un excédent de décès.

Les cantons lémaniques font partie des plus dymaniques: le nombre de Genevois a progressé de 1,1% et celui de Vaudois de 1%, à égalité avec les Fribourgeois. Le Valais se situe à la moyenne nationale (0,7%) tandis que le Jura se contente de 0,2% d’habitants en plus.

Plongée du solde migratoire

Le solde migratoire a fléchi de 28% en un an. Il s’élève à 51’400, soit la valeur la plus faible depuis 2006. L’an dernier, le pays a enregistré 172’500 immigrations (-10%) et 121’200 émigrations (+0,4%). S’il y a environ six fois plus d’étrangers parmi les arrivants, près d’un tiers des départs sont le fait de Suisses.

Recul des naissances et hausse des décès obligent, l’accroissement naturel de la population s’est aussi nettement tassé. Il s’établit provisoirement à 18’400, soit 19,7% de moins qu’en 2016. Fribourg a connu le plus fort accroissement naturel alors que le Tessin est en fin de peloton.

La population suisse continue de croître moins vite (0,6%) que la population étrangère. Cette dernière n’a toutefois progressé l’an dernier que de 1,1% de plus pour s’établir à 2’125’100 personnes. C’est nettement moins rapide que les années précédentes.

Plus de femmes

La Suisse compte plus de femmes que d’hommes. On recense 100 habitantes pour 94 habitants à l’échelle nationale. Seuls les cantons d’Appenzell Rhodes-Intérieures, Nidwald, Schwyz et Uri sont dans le cas inverse. Les hommes sont surreprésentés dans la population étrangère, quel que soit le canton observé. Uri affiche le plus grand rapport de masculinité (130) et Genève le plus faible (105).

Les Suisses sont plus âgés que les étrangers. La part de personnes d’au moins 65 ans est de 21,7% parmi les Helvètes et de 8% parmi les étrangers. L’âge moyen s’en ressent: celui des Suisses avoisine les 44 ans et celui des étrangers 37 ans.

C’est à Bâle-Ville que l’âge moyen des Suisses est le plus élevé et à Fribourg qu’il est le plus bas. Les étrangers dont l’âge moyen est le plus élevé se trouvent au Tessin, ceux dont l’âge moyen est le plus bas résident à Fribourg.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a