Assurances

CSS innove dans la santé numérique

Depuis un an, la plus grande caisse de Suisse propose un conseiller virtuel qui opère un premier tri des patients. Les premiers résultats sont positifs, même si la protection des données est sujette à controverse

C’est un bambin qui s’est brûlé dans la cuisine et n’arrête pas de pleurer. Paniqués, ses jeunes parents ne savent pas trop comment réagir. Comme c’est dimanche, pas question de contacter leur médecin de famille. Assurés à la caisse CSS, ils décident de solliciter son nouveau «conseiller numérique», baptisé «myGuide». Sur leur ordinateur surgissent de nombreuses questions dans le premier but de définir le degré d’urgence, puis la nature de la douleur et enfin le comportement de l’enfant. Verdict cinq minutes plus tard: «Le traitement médical ne peut pas attendre. Se rendre immédiatement à l’hôpital.»

Depuis un an désormais, l’assurance maladie CSS fait œuvre de pionnier en Suisse en matière d’intelligence artificielle et de santé digitale. Pas de médecin au bout du fil comme c’est le cas en télémédecine, mais un outil informatique conçu de manière scientifique, sur la base d’une application développée par la société In4Medicine, sous la direction d’Andreas Meer, un informaticien spécialisé dans la médecine. Ce conseiller virtuel a été enregistré comme produit médical par Swissmedic, l’organe d’autorisation et de surveillance des produits thérapeutiques. Il a été soumis à l’Institut pour la médecine de famille à Zurich, qui a testé ses recommandations. Il est disponible en quatre langues: les trois langues nationales et l’anglais.