Hyperlien

Dans les cuisines du Forum des 100

Le Forum du 9 mai se concentrera sur les actions à entreprendre pour sauver la planète. Un programme ambitieux porté par des orateurs prestigieux. Et un projet de «charte de la transition écologique» à soumettre à tous les candidats aux élections fédérales

Comment prépare-t-on un événement comme le Forum des 100? Et quel sujet choisir? Nous avons opté pour la transition écologique en juin dernier, alors que l’édition précédente du Forum se terminait à peine. Plus exactement, nous songions à traiter du développement durable et d’une convergence des forces de changement. Notre titre de travail: «Bientôt le point de bascule?» Ce sera finalement: «Transition écologique: le temps de l’action!»

Il faut le rappeler: la thématique a fait l’objet d’un traitement privilégié pendant une bonne partie de l’année 2018. Parmi les sept causes choisies par la rédaction du Temps pour ses 20 ans, il y avait l’écologie et l’économie inclusive. En septembre dernier, Le Temps, en partenariat avec le groupe Romande Energie, décernait le premier Prix SUD (pour «start-up durable») avec l’idée de distinguer les champions d’une innovation respectueuse des critères ESG (environnement, social, gouvernance).

Comité académique sur la durabilité

Oui, les enjeux climatiques étaient déjà très présents. Mais bien malins ceux qui auraient vu venir les manifestations de masse organisées par les jeunes et cette prise de conscience planétaire. Il y a six mois, Greta Thunberg était encore une parfaite inconnue.

Lire aussi: Greta Thunberg: «Les adultes se sentent coupables quand un enfant leur dit qu’ils volent son futur»

A l’automne, pour donner une assise plus forte au Forum des 100, nous avons proposé à la rectrice de l’Université de Lausanne, Nouria Hernandez, et au président de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, Martin Vetterli, de créer un comité académique et de réfléchir ensemble à un événement qui porte sur la durabilité. Difficile de trouver thématique plus transversale et propre à une approche interdisciplinaire.

Les technologies qui feront la différence

C’est à ce moment que nous avons reformulé notre titre. Nous sommes partis du principe qu’il ne fallait pas s’appesantir sur le diagnostic mais plutôt sur les solutions. Il existe un large consensus chez les scientifiques pour dire que la situation est dramatique. En revanche, il reste beaucoup à entreprendre pour développer les technologies qui feront la différence et pour imaginer de nouveaux modèles socioéconomiques.

Voir la liste de tous les élus 2019 du Forum des 100

Nous avons invité David Hochschild, le responsable de la transition énergétique pour l’Etat de Californie, grâce à l’appui de Bertrand Piccard. Nous voulions que les dirigeants de grands groupes comme Nestlé, Procter & Gamble ou Swisscom viennent expliquer comment ils comptent réformer, voire changer le système. A une tout autre échelle, une entreprise comme Opaline développe la vision d’une économie de régénération. Sa fondatrice, Sofia de Meyer, prendra elle aussi la parole.

Une «charte de la transition écologique» pour s’inscrire dans la durée

De son côté, la chercheuse Sophie Swaton de l’Unil est en passe de tester en France son Revenu de transition écologique (RTE). Avec Philipp Hildebrand, vice-président du géant BlackRock et ancien maître du franc suisse, c’est la finance qui apparaît comme un levier incontournable de la transition écologique. En point d’orgue, le conseiller fédéral Ignazio Cassis abordera la politique climatique de la Suisse, et bien sûr l’Europe (retrouvez le programme complet sur le site du Forum).

Mais, après l’événement lui-même, quoi? Bon nombre de participants regrettent depuis des années qu’il n’y ait pas plus de suites tangibles au Forum des 100. Voilà comment est née l’idée d’une «charte de la transition écologique» tirée de la journée du 9 mai. Celle-ci sera par ailleurs enrichie par des rencontres participatives dans les cantons, dont nous vous parlerons plus tard cette semaine. Un texte destiné à être soumis à tous les candidats aux élections fédérales de cet automne.

Plus de la moitié des 950 personnes déjà inscrites au Forum participeront à cet exercice de co-création. L’après-midi, elles débattront, lors de sessions consacrées à l’énergie, à l’alimentation, à la finance, à la technologie, aux nouveaux modèles socioéconomiqu, etc. des mesures permettant d’accélérer la transition. Le temps est à l’action!

Publicité