Il n’aura profité de sa liberté retrouvée que durant trois semaines. «Nelson», le cygne noir du Léman, a été découvert mort jeudi matin sur la rive du lac à Montreux. Le corps de l’animal porte des traces de blessures, a indiqué un garde-pêche au quotidien 20 Minutes, qui a révélé cette information. Une autopsie doit déterminer la cause de sa mort, qui pourrait lui avoir été infligée par d'autres animaux. 

D'abord capturé par les autorités, ce cygne australien avait été «libéré» par la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro, qui en avait fait une opération de communication personnelle. C'est aussi à l'Etat que cet oiseau doit son nom de Nelson, en référence à Nelson Mandela, combattant de la liberté. 

Apprécié par le public, ce geste avait été critiqué par les milieux scientifiques spécialistes de la faune, Birdlife en particulier, comme un risque invasif et de concurrence avec les espèces indigènes. Entre sa capture et sa «libération», le cygne avait été attribué au zoo de Servion (VD). 

Le cygne noir était apparu le 13 mai dernier sur le quai Perdonnet, à Vevey. A l'exception d'une nichée sur le lac de Thoune, l'espèce n'existe en Suisse qu'en captivité. Baptisé officiellement B465, il a été capturé peu après par les surveillants de la faune et placé dans le parc animalier, en attendant que se manifeste un éventuel propriétaire.

Le sort de ce cygne a suscité avant et après sa remise au lac des réactions passionnées.

Lire aussi: La saga de Nelson, notre revue de presse du 4 juillet 2016