Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Cyrille Fauchère, 37 ans ce dimanche, briguera en novembre un siège à la Constituante et a été adoubé par le président du parti suisse, Albert Rösti, pour être candidat aux Etats l’an prochain.
© Dominic Steinmann pour Le Temps

Portrait

Cyrille Fauchère, l’omniprésent président de l’UDC du Valais romand

Orpheline d’Oskar Freysinger depuis un an et demi, l'UDC valaisanne s'est trouvé un nouvel homme fort. Révélé lors de la campagne sur les Jeux olympiques, Cyrille Fauchère semble être naturellement désigné pour reprendre le flambeau

Il multiplie les casquettes, Cyrille Fauchère, mais il n’est pas encore rassasié. Membre de l’exécutif de la ville de Sion depuis 2012, député depuis l’an dernier et désormais seul à la tête de l’UDC du Valais romand, il en veut plus. L’homme, 37 ans ce dimanche, briguera en novembre un siège à la Constituante et a été adoubé par le président du parti suisse, Albert Rösti, pour être candidat aux Etats l’an prochain.

Décapitée aux élections cantonales de mars 2017 avec la défaite de son leader historique Oskar Freysinger, l’UDC valaisanne tient, avec Cyrille Fauchère, sa nouvelle figure de proue. Une personnalité aux antipodes de celle de l’ancien homme fort du parti. Ses adversaires politiques le définissent comme un «UDC fréquentable», «très compétent», avec une «belle intelligence» et «moins dans les effets de manche que son prédécesseur». Au fougueux Oskar Freysinger a donc fait place un Cyrille Fauchère calme et posé.

Destiné à être PDC

«J’ai un style conciliant, mais des idées bien arrêtées», tient-il à préciser. L’homme défend la vision de son parti en matière de souveraineté, d’indépendance, de fiscalité modérée ou encore d’immigration maîtrisée. Pourtant, rien ne laissait présager qu’il en devienne ainsi. Fils de PDC, Cyrille Fauchère «est destiné» à rejoindre les Jeunes démocrates-chrétiens. C’est vers eux qu’il se tourne en 1999 lorsqu’il veut se lancer en politique. L’union ne se fera jamais et il rallie l’UDC, toute fraîchement créée. «Ce qui a fait la différence? Le téléphone a sonné», explique-t-il tout simplement. Marié, père de quatre enfants, catholique pratiquant et ancien garde du pape, l’homme a presque le profil type du démocrate-chrétien. «Un PDC d’il y a 50 ans, coupe-t-il. Aujourd’hui, le PDC ce n’est plus ça, il a changé son fusil d’épaule.»

Lire également: Le retour planifié d’Oskar Freysinger

Mis en lumière par les Jeux olympiques

Le grand public a pu découvrir Cyrille Fauchère cette année lors de la campagne contre les Jeux olympiques. Jusque-là, malgré sa stature imposante, il était quelque peu dans l’ombre d’autres personnalités de son parti, mais «cette votation l’a mis en lumière», souligne Serge Métrailler, le président du PDC du Valais romand. «Il a été brillant», renchérit son homologue socialiste Barbara Lanthemann.

Si la flamme olympique s’est éteinte le 10 juin en Valais, celle de Cyrille Fauchère s’est allumée. Il est conscient qu’il doit «la maintenir en vie», son principal objectif comme président de parti étant de retrouver un siège au gouvernement cantonal en 2021, «avec un candidat du Haut ou du Bas-Valais». Dans le Valais romand, il est le grand favori de sa formation. Pour Barbara Lanthemann, il est même «la personnalité la plus légitime au sein de l’UDC pour occuper un poste à responsabilités».

La multiplication de ses candidatures, que ce soit à la Constituante ou aux Etats (cette dernière reste à valider) doit lui permettre de rester durablement sur le devant de la scène. «Une trop forte présence pourrait toutefois lui jouer des tours», avertit René Constantin. Pour le président du PLR valaisan, cette omniprésence de Cyrille Fauchère est même «un aveu de faiblesse du parti, que l’on retrouve un peu partout en Suisse romande.»

Lire aussi: Nouvelle démission à l’UDC, le coprésident du parti du Valais romand

«Une transition harmonieuse» en Valais

L’UDC romande s’est, en effet, souvent cachée derrière ses leaders, tels Jean-François Rime (Fribourg), Guy Parmelin (Vaud) ou encore Yvan Perrin (Neuchâtel). «C’est un danger, reconnaît Cyrille Fauchère. Lorsque la personnalité est ébranlée, c’est toute la structure qui souffre.» Pour lui, l’UDC valaisanne ne se retrouve toutefois pas dans ce cas de figure, malgré la longue occupation par Oskar Freysinger des positions de pouvoir dans le parti. «La transition s’est faite de façon harmonieuse», assure-t-il. Il en veut pour preuve les différentes personnes installées aux postes clés, citant notamment le conseiller national Jean-Luc Addor ou le chef de groupe au parlement cantonal Grégory Logean.

Cette diversité n’efface en rien l’omniprésence de Cyrille Fauchère. «Contrairement à d’autres présidents de parti, la politique est devenue une part de mon activité professionnelle», avance-t-il pour expliquer cette situation. Il estime que son engagement politique représente 60% de son temps de travail. Dans le privé, le docteur en lettres est collaborateur scientifique à l’Université de Fribourg, à hauteur de 40%. Cyrille Fauchère ne lâchera pas ce poste: «C’est mon filet de secours, face aux aléas de la politique.»

Une carrière politique en deux étapes

Le peuple maintient sa confiance à Cyrille Fauchère depuis l’accession de celui-ci à l’exécutif de la commune de Sion. C’est cette année-là que la carrière politique de Cyrille Fauchère a réellement débuté, ses études universitaires et deux années au service du pape ayant tué dans l’œuf ses premières ambitions, quelques années plus tôt. Entre 2003 et 2005, il fait en effet un passage éclair au Grand Conseil, en remplacement d’Oskar Freysinger, élu au Conseil national. «Deux ans de solitude», comme seul représentant de l’UDC au parlement cantonal.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a