Portrait

Damien Piller, le bâtisseur du nouveau Fribourg

Poids lourd de l’immobilier romand, l’avocat et entrepreneur aux multiples casquettes est devenu incontournable dans son canton, où il pilote les plus grands projets

De son propre aveu, Damien Piller n’est pas un consommateur de médias. «Par manque de temps», précise l’hyperactif avocat et homme d’affaires. Un paradoxe, car c’est au Fribourgeois que l’on doit le Mediaparc, inauguré dans son fief de Villars-sur-Glâne en décembre dernier. Il s’agit d’une des réalisations les plus marquantes de celui qui est devenu en moins de vingt ans l’un des poids lourds de l’immobilier de Suisse romande.

Le nouveau complexe réunit sur près de 3000 m2 les équipes de Radio Fribourg et de La Télé Vaud-Fribourg, deux sociétés que Damien Piller a sauvées de la faillite, respectivement en 2001 et 2014, ainsi que deux plateformes numériques (Fristyle et Skippr), le site de slow journalism Sept.info et la régie publicitaire Mediapub.

Lire aussi:  Fribourg va bientôt disposer d’une maison des médias

«L’ensemble des espaces ont été conçus afin de favoriser les échanges entre les différents vecteurs, c’est la clé de l’avenir», assure celui qui s’est imposé ces dernières années comme l’homme des médias fribourgeois. Au total, cette newsroom flambant neuve représente un investissement de près de 16 millions de francs. Une gageure dans un secteur frappé de plein fouet par la crise et les restructurations. «Plutôt un défi», corrige Damien Piller.

Quatre mille logements à son actif

Ce projet résonne aussi comme un retour aux sources. Le bâtiment est posé sur les champs où, enfant, le Fribourgeois déterrait les pommes de terre. Cormanon n’était alors qu’un hameau campagnard enclavé dans la commune de Villars-sur-Glâne. Aujourd’hui, ce plateau aux portes de Fribourg accueille une quarantaine d’immeubles.

Emblème d’un modèle d’urbanisation postmoderne, le quartier dont l’avocat est le grand artisan symbolise plus que n’importe quel autre le boom démographique du canton. «La population fribourgeoise est passée de 200 000 habitants en 1987 à 300 000 en 2014, soit une hausse de 50% en vingt-sept ans, c’est impressionnant», commente l’avocat, qui a fait corps avec cette hausse. Depuis 2001, il a ainsi fait construire pas moins de 4000 logements aux quatre coins du territoire cantonal.

Lire aussi:  Damien Piller, l’ascension malgré l’adversité

Mais Damien Piller, aujourd’hui 61 ans, ne s’est pas toujours imaginé promoteur; il n’aime d’ailleurs pas ce terme et préfère celui de «développeur». Jeune, il se lance dans une formation dans le domaine du droit, décrochant en 1984 son brevet d’avocat. Cinq ans plus tard, il fonde son étude en association avec un de ses deux frères, Grégoire, avocat-notaire. C’est la continuité d’une grande tradition familiale. Son père, Joseph-Daniel Piller, fut procureur général de l’Etat de Fribourg et procureur général extraordinaire de la Confédération. Quant à son grand-père, Joseph Piller, juge fédéral, il siégea tant au Conseil d’Etat qu’au Conseil des Etats, deux institutions que le politicien PDC présidera.

Député et vice-syndic

Dans la première partie de sa vie, Damien Piller a également mené une carrière politique. Il a été lieutenant du préfet de la Sarine, député PDC au Grand Conseil durant quinze ans et vice-syndic de sa commune de Villars-sur-Glâne. Un dernier mandat qui se termina en 2006 de manière abrupte par une non-réélection. Les citoyens le sanctionnent, suite à des accusations de conflits d’intérêts dans la réalisation du quartier de Cormanon, où une partie des terrains appartiennent à sa famille. Un affront. Lui estime aujourd’hui avoir été mal compris. «J’ai toujours suivi scrupuleusement les règles de la récusation. Je n’ai rien fait de faux. Mais je n’ai peut-être pas su l’expliquer», assure-t-il.

Reste que la réussite de Damien Piller a toujours suscité jalousie et soupçons. Un épisode retentissant fera particulièrement jaser. En 2009, l’homme d’affaires est placé en garde à vue en France par le Service régional de police judiciaire (SRPJ), dans une affaire de tentative de corruption présumée concernant un projet immobilier à Saint-Cyprien, non loin de Perpignan. Il sera finalement acquitté en 2015, après six ans d’une éreintante procédure judiciaire. Il sort innocenté de cette épreuve, mais son image n’en est pas moins durablement égratignée.

Inovation et aviation

L’homme a retenu la leçon et se concentre alors sur Fribourg, sa terre, là où il connaît les usages et les gens. Il multiplie les projets d’envergure. Devient incontournable. Il est notamment à l’origine de la création du Marly Innovation Center (150 entreprises pour 500 emplois), le MIC, né sur les cendres de la société Ilford, leader mondial du papier photographique parti en faillite en 2013. C’est également lui qui va donner l’impulsion décisive à l’ouverture de l’aéroport militaire de Payerne aux vols civils. En tête de pont de ce projet nommé Aéropôle et qui sera inauguré à la fin de ce mois de mars, la propre société d’aviation de Damien Piller, Speedwings, qui exploite sept jets d’affaires.

Lire aussi:  Premier coup de pioche pour l’Aéropôle de Payerne, après 20 ans de tractations

«Ma motivation n’a jamais été d’amasser le plus d’argent possible, insiste enfin Damien Piller. Mon credo est de développer et de faire avancer ma région.» On le dit boulimique. Lui se décrit comme un passionné. On le retrouve ainsi actif dans le secteur automobile – «mon hobby», son groupe Dimab représentant 2500 voitures vendues par année – et dans le commerce de détail. Président depuis plus de vingt ans de la Société coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg, c’est encore lui le chef d’orchestre du nouvel Avry Centre: 250 millions de francs pour transformer un centre commercial en complexe de loisirs avec centre aquatique et multiplexe, logements, halte ferroviaire et gare routière. Un projet pharaonique. Difficile dans ces conditions de trouver du temps pour consommer des médias, même les siens.


Profil

1957 Naissance à Villars-sur-Glâne.

1984 Brevet d’avocat.

1991 Député PDC au Grand Conseil fribourgeois.

1996 Vice-syndic de Villars-sur-Glâne.

1996 Président de la coopérative Migros Fribourg-Neuchâtel.

2001 Président de Radio Fribourg.

2014 Président de La Télé.

Plus de contenu dans le dossier

Publicité