Samedi soir, 18h30. Alors que certains entament tout juste l’apéro, au D! Club, les boules à facettes miroitent déjà. Derrière les platines, un DJ masqué enchaîne les tubes de hip-hop mais la piste, elle, est encore vide. Ce week-end, comme de nombreuses autres boîtes de nuit romandes, le D! rouvrait pour la première fois ses portes, selon les horaires restreints exigés par le Conseil fédéral – de 18h à minuit.

Après que l’agent d’accueil et de sécurité a pris leur température (grâce à un thermomètre sans contact), et vérifié qu’ils avaient téléchargé l’application de traçabilité requise par l'établissement, les premiers fêtards font leur entrée au compte-goutte. Trois étudiantes étrangères venues pour fêter un anniversaire s’emparent timidement du dancefloor, bientôt rejointes par un groupe d’amis, bien décidés à bénéficier de l’entrée gratuite jusqu’à 19h – et à profiter de la soirée. «Peu importe s’il y a peu de monde, je suis venue pour danser, ça m’avait manqué, lance une jeune femme entre deux morceaux. Je me réjouis surtout de ce retour à la normale.»

Plan alternatif

«La normale», ce n’est pourtant pas exactement le terme qu’emploieraient les professionnels du monde de la nuit. Depuis que la Confédération a autorisé la réouverture des discothèques le 27 mai dernier, ils sont nombreux à pester contre des conditions de reprise jugées inadmissibles, voire dangereuses.

Lire aussi notre éditorial: Déconfinement: un assouplissement sous condition

La distance de 2 m entre chaque danseur, d’abord, a fait l’objet de vives critiques – comment l’âme du clubbing pourrait-elle y survivre? – avant de se voir assouplie. PromoterSuisse, la faîtière des promoteurs d’événements musicaux, a pris l’initiative d’établir un plan de protection alternatif (ni approuvé, ni rejeté par l’OFSP), et adopté la plupart des établissements. A défaut de maintenir la distanciation sociale (les boissons pouvant aussi être consommées debout), celui-ci exige la collecte des données des 300 noceurs à l’entrée – ils seront ainsi avertis si un cas de Covid-19 se déclarait dans les 14 jours, et potentiellement soumis à une quarantaine. Une partie des clubs, refusant ce traçage, font front. Sans oublier la question la plus controversée: la fermeture à minuit. Peut-on vraiment motiver les oiseaux de nuit à avancer leurs sorties?

Reporter le problème

«Impossible que ça fonctionne quand il fera beau et chaud», lâche Thierry Namer, directeur du Folklor. Si le club, situé sur la place de la Riponne, a fait le plein lors de sa réouverture le 6 juin, c’est qu’il a pu compter sur les inconditionnels de musique électronique, sa spécialité, mais aussi sur la météo maussade, estime-t-il. «Avec les beaux jours, les gens préféreront logiquement aller faire du sport ou retrouver leurs amis en terrasse à ces heures-là. On devient donc malgré nous une concurrence aux bars et cafés.»

Lire aussi: Déconfinement: les restaurants oscillent entre joie et déception après les annonces du Conseil fédéral

Une concurrence pas toujours souhaitée. A Genève, le Baroque Restaurant, par exemple, a repris partiellement du service mais pas la discothèque affiliée, place de la Fusterie: le nouvel horaire exigerait un changement de concept, souligne le directeur général du groupe, Julien Torrado. «Modifier notre carte en proposant des mets, mais aussi modifier les prix, car les boissons sont traditionnellement plus chères dans un club.»

Réserves, frustrations, incompréhension aussi. Comme celle de Thierry Wegmüller, membre du comité des Rencontres La Belle Nuit, qui œuvre pour l’amélioration de la qualité de la vie nocturne à Lausanne. Celui qui dirige aussi le D! Club et l’ABC en est persuadé: la fermeture à minuit ne fait que reporter le problème. «Dans les faits, les clubbeurs sortent frustrés et continuent de faire la fête sur la voie publique ou dans des fêtes privées, là où il n’y a aucun cadre sanitaire. S’ensuivent des plaintes pour tapage nocturne, comme à Genève le week-end d’ouverture, note-t-il. Et quand on voit que les casinos ont rouvert jusqu’à 3h du matin, les milliers de personnes qui défilent dans la rue, ces mesures ont quelque chose d’irrationnel.»

Lire aussi: Manifestations tolérées malgré l’interdiction de rassemblement: la droite dénonce deux poids, deux mesures

«Manque de confiance»

Thierry Wegmüller, comme d’autres gérants de discothèque, regrette un manque d’écoute, voire de considération du monde de la nuit. «On a tendance à rejeter sur lui tous les maux, mais il ne faut pas sous-estimer notre rôle social. Il y a un réel besoin de sortir dans la population et sans les festivals, cet été, je pense qu’il ira crescendo.»

Certains dénoncent tout bonnement une méconnaissance du milieu. «Pourquoi cette limite à minuit? Ils ont peut-être l’impression qu’on fait des orgies à partir de 1h du matin», raille Zabou Elisabeth Jaquet, coprésidente du Grand Conseil de la Nuit, association pour la culture nocturne à Genève. «On ne comprend pas ce manque de confiance, au vu des efforts de prévention que nos membres mettent en place tout au long de l’année.» L’intégralité de ses membres, une vingtaine de bars et de clubs, dont l’Audio, l’Usine ou le Chat Noir, ont décidé de rester fermés.

Autre grief: le délai de dix jours entre l’annonce du Conseil fédéral et la réouverture effective des clubs. «C’est donner bien peu de crédit à l’organisation de nos événements. Une bonne programmation se prépare sur plusieurs mois», poursuit Zabou Elisabeth Jaquet. Les concerts de musique live, en particulier, sont devenus complexes à organiser au vu des tournées annulées. «Pour nos membres, cela n’avait tout simplement pas de sens d’ouvrir maintenant», résume-t-elle.

Pression financière

Pour d’autres, malgré les conditions acrobatiques, relancer la machine est une question de survie. Une manière d’éponger tant bien que mal les charges fixes qui continuent de tomber. D’autant que selon les cantons, les boîtes de nuit ne bénéficient d’aucune subvention. «A Fribourg, parce qu’ils sont formés en SA ou Sàrl, les clubs ne sont pas considérés comme faisant partie du monde culturel. Pourtant, nous avons une programmation, des DJ, des spectacles d’humour», relève Stéphane Jaton, directeur du Crapule Club. Une demande de soutien financier, de concert avec d’autres établissements fribourgeois, est pour l’instant restée sans réponse.

Leurs espoirs se portent désormais sur les annonces du 24 juin, qui pourraient inclure un potentiel assouplissement des mesures. Pour Stéphane Jaton cependant, pas question d’attendre jusque-là pour revoir sa formule: le Crapule Club proposera un bar à cocktails dans la verdure d’un parc, tout l’été.