Une virevolte du Parti socialiste genevois menace de faire capoter l’accord sur le volet cantonal de la réforme de l’imposition des entreprises RFFA. A tout le moins de le mettre sérieusement à mal. La faute au comité directeur du parti, qui a fait un tête-à-queue mardi en se prononçant contre les projets fiscaux fédéral comme cantonal, ce dernier arraché de haute lutte à la droite par des députés socialistes et voté par le Grand Conseil. C’est en parfaite contradiction avec son premier vote de janvier, où il l’avait soutenu à une faible majorité, et au mépris de l’assemblée générale qui s’était aussi prononcée favorablement. Pour brouiller encore davantage le tableau, une nouvelle assemblée générale devra à nouveau voter le 12 mars, à l’heure des mots d’ordre pour la votation de mai.

Les artisans de cet accord en colère

Lire aussi: Réforme fiscale: à Genève, les socialistes et la droite accouchent d’un accord