Société

Pas d’argent pour le projet de revenu de base inconditionnel à Rheinau

Après sept semaines de campagne de financement participatif, à peine plus de 2,5% des 6 millions nécessaires ont été récoltés. Ni la population ni les mécènes espérés n’ont répondu à l’appel

Beaucoup d’intérêt, mais pas d’argent: c’est ainsi que les artisans du projet de revenu de base inconditionnel (RBI) résument la situation mardi, à l’heure de constater leur échec. La population n’a pas répondu à l’appel: la campagne de financement participatif démarrée le 16 octobre n’a apporté que 151 836 francs, soit à peine plus de 2,5% des 6,1 millions de francs nécessaires à l’expérience.

«C’était risqué mais nous avons tout de même osé, et cela n’a pas fonctionné. Beaucoup de Suisses se sont demandé pourquoi ils donneraient de l’argent aux habitants de Rheinau. Nous n’avons donc pas réussi à les convaincre que ce projet bénéficie à tous», reconnaît Rebecca Panian, l’Argovienne à l’origine de l’expérience, dont elle comptait tirer un documentaire. Elle avait espéré que les quelque 570 000 personnes qui avaient voté oui au RBI en 2016 allaient contribuer au financement.

Où sont les mécènes, évoqués un temps par la réalisatrice? Des fondations, des entreprises et des philanthropes ont été contactés. Mais aucun n’a voulu se risquer à investir dans ce qui reste, à ce jour, une utopie.

Spécialiste des campagnes politiques, Daniel Graf estime que le montant de 6 millions était trop élevé pour une seule campagne de participation financière. Il fallait nécessairement trouver un ou plusieurs grands donateurs. «Mais les mécènes en Suisse sont sans doute trop conservateurs pour investir dans une utopie. Peut-être qu’il en aurait été autrement si une telle idée était née dans la Silicon Valley», pense le Zurichois. Finalement, le projet de Rheinau subit à peu près le même sort que le RBI dans les urnes il y a deux ans: malgré les débats passionnés qu’il suscite, il ne convainc pas.

770 volontaires

Rebecca Panian avait sélectionné Rheinau, petite commune zurichoise au bord du Rhin et recruté 770 volontaires – la moitié du village – pour participer à ce qui devait être un laboratoire pour le revenu inconditionnel de base. Beaucoup d’entre eux avaient déjà imaginé ce qu’ils allaient faire du montant qu’ils auraient reçu chaque mois sans contrepartie, à partir du 1er janvier 2019 et durant un an: 2500 francs pour les adultes et entre 625 et 1875 francs pour les enfants et jeunes adultes de moins de 25 ans. Ceux dont le salaire aurait dépassé ces sommes auraient dû rendre les versements à la fin de chaque mois.

Martina Kunz faisait partie de ceux qui auraient bénéficié de l’expérience: jeune mère de trois enfants, elle a mis son activité indépendante de styliste entre parenthèses depuis la naissance de son premier enfant. Elle comptait se remettre à l’ouvrage un jour par semaine grâce à ce RBI. Mais son enthousiasme a décliné à mesure qu’elle voyait stagner le montant du crowdfunding sur internet.

La réalisatrice Rebecca Panian invite la population de Rheinau à se réunir le 10 décembre prochain pour tirer un bilan et décider des suites à donner à l’expérience. S’ils finissent par abandonner définitivement, les 1230 contributeurs de la campagne de financement recevront les montants versés en retour.

Lire aussi: Rheinau, l’îlot utopiste qui veut tester le revenu de base inconditionnel

Publicité