Portrait

David Hiler, le collapsologue optimiste

Parmi les engagements de l’ancien conseiller d’Etat vert, Sustainable Finance Geneva tient une place centrale. L’association s’efforce de mobiliser les capitaux qui financeront la transition énergétique. Une accélération est nécessaire et le Vert compte sur la nouvelle génération pour maintenir la pression

Son retrait de la scène politique genevoise a connu une récente exception. C’était le 2 mai. La conférence de presse a laissé bien des militants de gauche pantois. Elle avait lieu chez Partage, l’association qui distribue de la nourriture aux plus démunis. Alors que son parti écologiste soutenait le non à la réforme de la fiscalité des entreprises, David Hiler est venu défendre le oui, majoritaire à droite. «Il fallait terminer ce que j’avais commencé», explique-t-il. C’est que cette révision avait été lancée alors qu’il était encore le ministre des Finances d’un Conseil d’Etat vintage, avec Laurent Moutinot, Pierre-François Unger, Charles Beer, Mark Muller, François Longchamp et Robert Cramer, son complice écologiste. Le oui en poche, David Hiler a regagné l’ombre d’une «retraite politique complète», où il déplace sa grande carcasse à un rythme mesuré, Birkenstock aux pieds.

David Hiler aura 65 ans en 2020. On doute que cette date marque pour lui le début de l’oisiveté. Il vient d’être réélu au conseil d’administration des Ports francs, il a intégré celui du câblo-opérateur Naxoo, il a été chargé de cours à la Haute Ecole de gestion, il est membre de plusieurs conseils de fondation (PRO, Brocher, Ifage, Théâtre de Carouge). Il rédige des chroniques pour Le Temps. Il a écrit, il y a deux ans, le manuscrit d’un petit livre sur l’histoire de la commune de Troinex sur le point d’être publié. «Ce sont des engagements qui vont dans le sens de ce qui m’intéresse», tempère-t-il.

Finance et pop culture

Depuis 2015, l’ancien ministre est également actif au sein de Sustainable Finance Geneva, une association de professionnels œuvrant dans le financement de la transition énergétique. C’est à ce titre qu’il viendra dialoguer avec des lecteurs du Temps, le 6 juin, à Genève (inscriptions closes). Ces rencontres, qui déboucheront sur une charte que le journal soumettra aux candidats aux élections fédérales, ont été imaginées dans le prolongement des manifestations pour le climat de cet hiver. Les suivre a été «un immense plaisir», dit l’ancien magistrat. «C’est désormais de là qu’il faut attendre le changement.» Commence alors une analyse argumentée de l’urgence climatique et de ses conséquences politiques en Suisse, qui pioche dans l’histoire des idées, la pop culture et la trajectoire personnelle de l’orateur.

Lire la dernière chronique de David Hiler: Disparition des espèces: j’y pense et puis j’oublie?

«J’avais 13 ans en 1968, rappelle le Vert. J’ai été très marqué par cette génération révoltée. Mais j’étais dans la queue de la comète. La génération suivante est plutôt désenchantée, pour citer Mylène Farmer. Elle est entrée sur un marché du travail pendant ou juste après la longue crise des années 1990. Ceux de 68 ont fait évoluer le statut de la femme, nous avons fait avancer des libertés et, chose inattendue, nous avons fait progresser l’individualisme. La jeune génération est affirmée et résolue.» Ces manifestants ont désormais la possibilité, dit l’ancien élu, de mettre en œuvre le développement durable que lui-même et ses compagnons écologistes ont lancé, en précurseurs: «Rien n’empêche de décarboniser la Suisse durant les trente prochaines années. Ce qui compte aujourd’hui, c’est de passer à l’action, et de le faire beaucoup plus vite. Nous avons donc besoin que les jeunes descendent dans la rue pour maintenir une pression qui agace ceux qui voulaient se convertir lentement.»

Génie de Tesla

Dans le domaine de la finance, un portefeuille d’actions classique entraîne un réchauffement de 5 degrés. Pour éviter cette évolution «dramatique», David Hiler regarde vers la Californie et la Scandinavie. «La Californie a basé son développement économique sur les nouvelles technologies. Le génie de Tesla a été de commencer par un objet de luxe, selon une vieille loi de l’histoire économique. C’est une illusion de croire que tout le monde utilisera les transports en commun. Entre l’auto et le vélo électriques, il y aura un besoin d’autres véhicules pour une société vieillissante. La grande question est de savoir s’ils seront autonomes.»

Si la Silicon Valley est «un désastre social», «le modèle scandinave reste une référence», assure David Hiler, convaincu par la formule qui soutient les sociétés du nord de l’Europe: technologie de pointe + souci de l’environnement + protection sociale. «Trouver de nouveaux systèmes de régulation est aussi important que de maîtriser les changements technologiques, reprend-il. La Seconde Guerre mondiale est née en partie du fait que la révolution industrielle n’avait été équilibrée par aucun système de régulation. C’est ce qui nous pend au nez aujourd’hui. Sauf que la seule voie alternative, le socialisme étant enterré, est l’extrême droite.»

Comme sous l’Empire romain

Collapsologue, David Hiler? Le scénario de l’effondrement reste possible, mais «il pourrait venir par un autre biais. La montée des eaux rendra inhabitable une partie de la planète. Les mouvements migratoires ressembleront à ceux observés du temps de l’Empire romain. Cela peut provoquer quelque chose d’assez guerrier.» A moins que les jeunes, encore eux, continuent de presser.

Retour en Suisse, où la prochaine législature «sera déterminante», prédit l’ex-ministre. L’opportunité existe: «Il faut un plus grand nombre d’élus verts, et que cela ne se fasse pas au détriment des socialistes. Il sera ensuite possible de faire une coalition avec le PDC et certains PLR pour passer des compromis qui fonctionnent. Si on n’y arrive pas cette fois, on ne fera jamais rien dans la protection du climat en Suisse.»


David Hiler, profil

1955 Naissance à Reno, Arizona. Après un passage près de Los Angeles, sa famille s’installe à Genève. Il a 4 ans.

1995 Election au Grand Conseil.

2005 Election au Conseil d’Etat, où il siégera comme chef des Finances pendant deux législatures.

2009 Verse, comme président du Conseil d’Etat, la première subvention à Sustainable Finance Geneva, association qu’il rejoint cinq ans plus tard.

2019 Prend position publiquement pour le oui à la RFFA, conformément à son action comme conseiller d’Etat mais contre son camp politique.


LeTemps.ch/Evenements

Il n'y a de place à Genève, mais les forums de Sion et Neuchâtel sont encore ouverts.

 

Explorez le contenu du dossier

Publicité