Les nombreux documents remis par Joël Rossier à l’Inspection cantonale des finances, en marge de son départ du poste de chef du Service valaisan de l’environnement, ne constituent pas le premier acte du haut fonctionnaire en tant que lanceur d’alerte. Le Temps a appris que Joël Rossier a signalé, en mars 2018, des dysfonctionnements au sein du département cantonal de l’environnement à la Commission de gestion du parlement cantonal (Cogest), via sa présidente de l’époque, la PDC Marianne Maret, aujourd’hui candidate au Conseil des Etats.

Lire aussi: Jacques Melly tient-il toujours la barre de son département?