Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Carnet noir

Décès de l’écrivain et journaliste Henri-Charles Tauxe

Le Vaudois avait travaillé dans les rubriques culturelles de la «Gazette de Lausanne» puis de «24 heures». Il était l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages

Le journaliste et écrivain vaudois Henri-Charles Tauxe est décédé le 4 août dans sa 80e année, a indiqué vendredi sa famille. Il a notamment dirigé la rubrique culturelle du quotidien 24 heures dans les années 1970. Romancier et essayiste, il laisse une quinzaine d’œuvres.

Né à Morges le 26 novembre 1933, Henri-Charles Tauxe entreprend des études de théologie à l’Université de Lausanne, puis s’oriente vers la philosophie à Marbourg (Allemagne), indique sa notice dans le Dictionnaire des écrivains suisses d’expression française. Il enseigne ensuite la philosophie au gymnase du Belvédère à Lausanne.

A partir de 1964, Henri-Charles Tauxe se consacre au journalisme. Il collabore à la Gazette de Lausanne – en particulier au supplément littéraire – jusqu’en 1969. Il travaille ensuite au quotidien 24 heures, où il dirige pendant dix ans la rubrique culturelle.

Parallèlement à son activité de journaliste, il soutient en 1971 une thèse sur Heidegger. Il se forme en 1979 et 1980 à la micropsychanalyse qu’il pratique tout en poursuivant ses recherches en biologie comportementale.

Romancier et essayiste, Henri-Charles Tauxe a écrit une quinzaine d’ouvrages, dont des romans policiers (Du Champagne pour Véronique, 1970, La Concierge métaphysique, 1991), des récits (Le Fou de Picasso, 1980, Le Swing de l’apocalypse, 1995), ainsi que des œuvres théâtrales (Le Chevalier de Grandson, 1978, La Millième, 1983, Le Tunnel du fou, 2000).

On lui doit également un écrit autobiographique (80 jours, cent ans après, un nouveau tour du monde, 1973) et un «conte philo-polar» (Le Testament de la libellule, 2001). Henri-Charles Tauxe a encore publié des études sur Simenon, sur Freud ou sur la Suisse. Ses obsèques ont eu lieu dans l’intimité.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a