Les propriétaires d’armes à feu non recensées dans les registres cantonaux auront-ils l’obligation de les déclarer a posteriori? La question d’un registre complet des armes divise les Chambres fédérales depuis des mois. Mardi, au nom de la protection des citoyens, la commission de politique de sécurité du Conseil national a décidé par une voix d’écart, à 13 contre 12, d’approuver le principe de l’enregistrement de toutes les armes à feu, comme le proposait le Conseil fédéral, mais en prolongeant le délai à 4 ans.

Ce n’est pourtant pas encore gagné, car en mars dernier, le Conseil national avait repoussé une motion en ce sens par 98 voix contre 76. Les associations de tireurs et les amicales militaires sont opposées à un registre des armes. Le gouvernement estime à quelque deux millions le nombre d’armes à feu en possession de particuliers. Le chiffre de 3 millions a même été évoqué par Jakob Büchler (PDC/SG). Pour l’heure, seules quelque 750 000 armes ont été enregistrées par les cantons.