Découverte d’une nouvelle pollution au mercure

Valais Zone souillée mise au jour au cours de travaux de construction

Il y a un mois, l’Etat du Valais annonçait à une centaine de propriétaires haut-valaisans que leurs parcelles étaient polluées par des rejets de mercure de l’industrie chimique Lonza. Le canal où se jettent les eaux usées de l’entreprise est gravement contaminé, certains terrains de jeu pour les enfants et certains jardins potagers ne doivent plus être utilisés. Jeudi, l’Etat a révélé qu’une nouvelle zone polluée avait été découverte au cours des travaux de construction d’une route de raccordement de l’autoroute haut-valaisanne.

Matériaux de remblai

Selon les premières investigations, il pourrait s’agir de matériaux de remblai ayant servi à ­construire un pont entre Viège et Baltschieder en 1986. Les analyses ont montré que la terre contenait jusqu’à 500 mg de mercure par kilogramme. La norme exige que les terrains agricoles ne contiennent pas plus de 20 mg de mercure par kilogramme de terre et que les zones habitées ne dépassent pas les 5 mg. Le port de masque de protection a été rendu obligatoire pour les ouvriers du chantier suite à cette découverte. Cette concentration est la plus élevée découverte dans la région.

L’ampleur de la pollution révélée par l’Etat du Valais début janvier en faisait déjà la plus étendue et la plus grave de Suisse. Des terrains agricoles, pour lesquels aucune norme de mercure n’était prévue par la loi, sont gravement contaminés. Bien au-delà des normes que l’Agroscope Reckenholz-Tänikon a fixées en 2013 pour faire face à la situation.

Les investigations ne sont pas terminées. On ne sait pas encore si le mercure a pu pénétrer dans les eaux souterraines, ni s’il a pu migrer dans les aliments cultivés ou dans les organismes des animaux d’élevage. La zone polluée s’étend sur 11 kilo­mètres le long du Grossgrund Kanal, au sud de la plaine du Rhône. Des pollutions au mercure ont aussi été détectées le long du tracé de l’autoroute, parfois à l’extrémité nord de la plaine, près du Rhône. La large bande de terres agricoles entre le canal et le Rhône ne devrait pourtant pas faire l’objet d’analyses, le canton et Lonza ayant estimé sur la base des recherches historiques qu’il convenait de vérifier l’état des terres le long du canal pollué uniquement.

Selon les estimations du canton, 4,5 tonnes de mercure seraient ainsi disséminées autour du canal où Lonza aurait déversé 28 tonnes de mercure entre 1930 et 1976. Mais selon l’association des Médecins en faveur de l’environnement, l’industrie aurait utilisé quelque 200 tonnes de mercure en quarante ans.

La pollution du Grossgrund Kanal avait été découverte pour la première fois en 1976, lors d’une enquête sur la pollution du Léman publiée par Jean-Pierre Vernet. Ce n’est qu’en 2011 que le canton du Valais a pris ce dossier en main.