Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Michael Lauber, procureur général de la Confédération. 
© Keystone/Anthony Anex

Crime organisé

Les découvertes de mafieux calabrais réfugiés en Suisse se multiplient

Ces quinze derniers mois, l’ombre de la 'Ndrangheta n’a cessé de planer sur le territoire helvétique. Les deux dernières révélations concernent un ex-tueur à gages reconverti dans l’arnaque bancaire au Tessin et un caïd déguisé en cuisinier de pizzeria à Genève

Tout porte à croire que la Suisse est une base arrière de la mafia calabraise. Dernière preuve en date, la découverte des aventures du Dr Gennaro – alias «L’avocat» –, un ancien tueur à gages du clan de la ville de Lamezia Terme, qui a débarqué au Tessin en 2013 avant de sévir dans le canton de Lucerne. Le personnage jadis influent, dont la surprenante trajectoire a été relatée ce jeudi sur les ondes de la RSI (magazine «Falò») et reprise par Le Matin Dimanche, administrait notamment un magasin de meubles. Il détenait en outre un bar et une société de conseil avec laquelle il arnaquait des banques tessinoises et slovènes, à en croire un article de La Regione daté de février dernier.

Lire aussi: Les faux médicaments rapportent 200 milliards par an aux mafias

Arrêté à Alessandria en 2015, cet expatrié 'ndranghetiste affirme avoir été envoyé en Suisse pour recycler les bénéfices criminels et fonder une base solide afin d’étendre les activités de son clan. Passé aux aveux, le meurtrier en chef a confié qu’il n’avait que 15 ans lorsqu’il a pour la première fois ôté la vie à un homme – l’assassin présumé de son père, qu’il a choisi de «pulvériser» à l’aide d’un fusil à pompe. Le repenti aux multiples diplômes universitaires a aussi reconnu devant ses juges avoir corrompu un fonctionnaire tessinois pour obtenir son permis de travail helvétique.

Sous le nez de la police, mais invisible

Bien qu’insolite, le parcours du Dr Gennaro n’est pas un cas isolé. En mars 2016, les autorités pénales fédérales ont arrêté 13 personnes soupçonnées d’être affiliées à une cellule de la ’Ndrangheta implantée en Thurgovie. Parmi les membres de ce clan découvert à Frauenfeld: un employé communal, un assureur, un négociant d’or, un chef de chantier, un agent fiduciaire, le propriétaire d’un garage, un chauffeur de taxi, un chauffeur de bus et un retraité, énumère en partie le Tages-Anzeiger.

La Suisse romande n’est pas en reste. Deux membres de la pègre calabraise, condamnés en 2014 par un tribunal transalpin, se cachaient jusqu’à l’automne passé dans le Haut-Valais. D’après L’Illustré, l’un était employé comme ouvrier par une entreprise de construction de Viège, l’autre travaillait pour les remontées mécaniques de son village de résidence. Toujours à Viège, un Calabrais résidant au Piémont a fondé son entreprise de construction, selon le site jetdencre.ch. Accusé de corruption par les autorités suisses, il a écopé d'un mois de détention préventive au printemps de l’année dernière.

La semaine passée, un caïd de la mafia calabraise en cavale depuis deux ans a été interpellé au bout du Léman, selon la Tribune de Genève. Considéré par la justice italienne comme le cerveau d’un vaste réseau de trafic international de cocaïne et d’héroïne, il avait pour couverture un emploi de cuisinier dans une pizzeria à Carouge… à deux pas d’un poste de police.

La multinationale du crime la plus influente du monde

Y a-t-il plus de mafieux calabrais en Suisse qu’on ne le pense? Les révélations en chaîne sur la présence de criminels sur le territoire helvétique prouvent peut-être l’intensification de l’action anti-mafia des autorités fédérales et d’ailleurs.

La ’Ndrangheta est parfois définie comme la multinationale du crime la plus puissante de la planète. Selon l’institut Demoskopika, cette organisation du crime aurait réalisé plus de 58 milliards de francs de chiffre d’affaires en 2013. Soit environ 3,5% du PIB italien, comme relayé par L’Hebdo.

L’étude du centre italien inter-universitaire Transcrime se veut toutefois plus nuancée. Elle estime les recettes cumulées par la pègre calabraise sur le territoire transalpin entre 2,8 et 4,7 milliards de francs. Par ailleurs, ses auteurs évaluent les revenus totaux de l’ensemble des organisations mafieuses d’Italie à environ 1,7% du PIB du pays.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a