Aujourd’hui, à Breno, un village de quelque 300 habitants, perché à 800 mètres au-dessus du lac Ceresio, dans le Malcantone, au sud du Tessin, un brouillard exceptionnel flotte dans l’air. Mais en temps normal, la vue sur la vallée et le lac est à couper le souffle. Dans la vieille ville, des maisonnettes médiévales en pierre avec volets et balcons en bois bordent ce qui jadis était la rue principale, large de deux mètres. Nous arrivons à l’ancienne demeure de Giovanni Anastasia (1797-1883), l’une des seules qui n’ont pas été rénovées.