Valais

La défaite de Nicolas Voide sonne le glas de «l’alliance des Alpes»

Le conseil du parti démocrate-chrétien valaisan se prononce ce mardi sur l’exclusion du dissident Nicolas Voide. La défaite du conservateur incarne l’affaiblissement de l’aile droite du PDC et de ses réseaux

Le président Serge Métrailler espère éviter «les règlements de comptes et les chasses aux sorcières». Ce mardi, le conseil du parti démocrate-chrétien valaisan se prononcera sur l’exclusion du dissident Nicolas Voide, qui avait choisi de s’allier à Oskar Freysinger pour les élections. Pour son président, «il s’est opposé à la stratégie définie démocratiquement par le parti». L’intéressé n’entend pas s’exprimer: «Je ne ferai aucun commentaire sur ce sujet».

C’est un coup de poignard dans le dos et dans le cœur

Au début janvier, Nicolas Voide défiait son vieil ennemi Christophe Darbellay en rejoignant une liste où figuraient déjà les deux candidats de l’UDC. Il entendait ainsi proposer une alternative conservatrice aux électeurs démocrates-chrétiens et sonder le poids de ses idées au sein de sa formation: «Je ne trahis pas mon parti, je lui rends service». Pour Serge Métrailler, pourtant, «c’est un coup de poignard dans le dos et dans le cœur.»

Lire aussi: Nicolas Voide, le conservateur qui veut la peau de Christophe Darbellay

Défaite des conservateurs

Au cours d’une rude campagne, Nicolas Voide obtenait le soutien public de quelques parlementaires démocrates-chrétiens et du conseiller aux Etats Jean-René Fournier, qui a applaudi le choix offert par le dissident aux électeurs conservateurs: «Sa démarche est révélatrice d’un malaise beaucoup plus large dans le parti». Contacté plusieurs fois, le sénateur n’a plus répondu aux appels du Temps depuis le verdict du premier tour.

Lire aussi: «La candidature de Nicolas Voide révèle un profond malaise au PDC»

Le 5 mars dernier, Nicolas Voide échouait à la septième place du scrutin, avec plus de 26 000 suffrages, mais avec 25 000 voix de retard sur Christophe Darbellay. Pour le rédacteur en chef du Nouvelliste, Vincent Fragnière, l’aile conservatrice du PDC a commis l’erreur de combattre à la fois l’évolution du canton et du parti: «Elle doit comprendre que cette lutte a surtout servi à l’affaiblir.»

Opération catacombes

Les conservateurs démocrates-chrétiens mènent la vie dure à Christophe Darbellay depuis 1999 et une première candidature au parlement fédéral proposée par le parti chrétien-social. En 2003, les manœuvres qui visaient à empêcher son accession au Conseil national ont été décrites dans les médias sous le nom de code «opération catacombes». Elles auront finalement bénéficié à Christophe Darbellay, mieux élu des candidats du parti.

«L’alliance des Alpes» naît en 2008, quand Maurice Tornay inflige une défaite inédite à Christophe Darbellay. Le conservateur lui barre le chemin du gouvernement au cours d’un congrès animé par des cars entiers de nouveaux adhérents. Popularisée par la presse, l’expression désigne un réseau d’influence issu de l’aile droite du PDC, actif dans la construction et le tourisme, et localisé sur les hauteurs de la rive gauche du Rhône, entre le val d’Anniviers et le val d’Entremont.

Perte d’influence

Pour un connaisseur, «c’est un groupe d’amis réuni par une communauté d’idées et d’intérêts, et proche d’Oskar Freysinger». Pour un autre, «cette alliance a existé sous différentes formes en fonction des enjeux» et «elle a pu influencer les organes du parti plus que les électeurs». Tous deux conviennent que la défaite de Nicolas Voide montre son affaiblissement. L’influence de l’aile droite du PDC a diminué à mesure que ses militants grossissaient les rangs de l’UDC.

C’est une construction médiatique qui utilise des clichés réducteurs pour désigner des gens qui partagent les mêmes idées

L’exploitant touristique Jean-Marie Fournier a souvent passé pour l’âme de l’alliance des Alpes et l’expression l’amuse. Selon lui, «c’est une construction médiatique qui utilise des clichés réducteurs pour désigner des gens qui partagent les mêmes idées». Il appelle le conseil de parti à refuser l’exclusion de Nicolas Voide: «Les démocrates-chrétiens gagneraient plus à pacifier et apaiser le parti qu’à entretenir des vieilles rancunes.»

Lire aussi: En Valais, l’UDC vampirise le PDC

Publicité