élections fédérales 

La défaite du PLR à Genève: la faute à Maudet?

Au lendemain d’un dimanche noir, Christian Lüscher appelle à la démission de Pierre Maudet, qu’il juge responsable de l’échec du parti dans les urnes. Le ministre fait-il office de coupable idéal ou détient-il une réelle implication dans la débâcle?

La défaite dans les urnes dimanche ravive la guerre fratricide au sein du PLR. Lundi matin, au micro de la RTS, le conseiller national Christian Lüscher a lancé la première salve en rendant Pierre Maudet responsable de la débâcle et en l’implorant à nouveau de démissionner ou, à tout le moins, de quitter le parti. Par l’intermédiaire de son porte-parole, l’intéressé fait savoir qu’il «n’entend pas polémiquer sur des propos tenus après des élections». Au-delà des invectives, quelle est la réelle implication de celui qui apparaît comme le coupable idéal dans l’élection manquée du PLR Hugues Hiltpold?

«Sur les marchés, on nous a jeté nos flyers à la figure!» dénonce Christian Lüscher, qui témoigne d’une campagne exceptionnellement agressive, ponctuée de quolibets, d’injures et parfois presque d’agressions physiques où nombre d’électeurs ont affirmé ne plus voter pour le PLR tant qu’il garderait un «menteur» en son sein. La colère domine dans la bouche de celui qui s’est toujours montré particulièrement critique envers le ministre pris dans la tourmente, allant jusqu’à alerter les instances nationales du parti. En janvier dernier lors de l’assemblée extraordinaire du parti, il avait déjà demandé sa démission, en vain.