Beny Steinmetz, victime d’une instruction calamiteuse, inéquitable et orientée politiquement. Depuis le début du procès de Genève, c’est le refrain favori de Me Marc Bonnant, entonné une fois encore ce lundi au moment de plaider l’acquittement du magnat des mines. A l’image du corrupteur sans scrupule qui voulait faire main basse sur les gisements de Simandou pour s’en mettre plein les poches, la défense oppose celle du conseiller avisé qui n’a jamais versé le moindre centime en échange des faveurs du pouvoir guinéen. Mieux. «Vous êtes un bienfaiteur», lui lance son avocat, «un pro-africain qui donne les moyens d’exploiter les richesses à ceux qui ne les ont pas.»

Haro sur les faux

Avant d’en venir à l’altruisme de Beny Steinmetz et à la vilenie d’un procureur trop déterminé, Me Daniel Kinzer, nouvel atout de la défense, s’est employé à broyer l’accusation de faux dans les titres telle une sorte de rouleau compresseur. Une heure d’intense plaidoirie et de quoi donner le vertige au tribunal. Rien ne tient dans ce reproche, assure-t-il. Les juges genevois ne sont pas compétents pour des documents créés et utilisés à l’étranger, l’instigation attribuée dans ce contexte à Beny Steinmetz est totalement floue, les indications contenues ne sont pas mensongères, et le seul à affirmer le contraire est un ancien partenaire en affaires qui a certainement dû passer un pacte d’immunité avec le procureur et qui n’a pas pu être entendu au procès.

En résumé, «les faux ne sont pas des faux, car ils ne sont pas faux» et «ils ne sont pas des faux, car ils ne sont pas des titres». Le simple fait de produire un document à la banque pour justifier un versement ne confère pas à celui-ci une valeur probante accrue, soutient encore Me Kinzer, en brandissant une récente jurisprudence du Tribunal fédéral.

«Merveilleux conseiller»

A Me Camille Haab la tâche de déconstruire la corruption reprochée à Beny Steinmetz et de jeter un sort à Mamadie Touré, la soi-disant quatrième épouse de feu le président Lansana Conté, qui n’avait rien d’un agent public de fait, ni même d’un tiers assez influent pour encaisser des pots-de-vin et en faire bénéficier le chef de l’Etat. La meilleure démonstration? Dix des onze versements reprochés étaient postérieurs au décès du président guinéen, intervenu fin 2008. L’avocate ajoute que les paiements étaient justifiés par des prestations légitimes et leurs dates ne coïncidaient guère avec la délivrance des permis d’exploration minière octroyés en 2006 au Beny Steinmetz Group Resources (BSGR).

Même à supposer que des pactes corruptifs aient été passés, ceux-ci l’ont été à Conakry. Et Me Bonnant de s’interroger: «Où diable est notre compétence si tout s’est produit et a déployé ses effets en Guinée?» Certes, Beny Steinmetz était à l’époque domicilié à Genève. Mais cela ne suffit pas et il n’avait de toute façon pas le pouvoir d’ordonner ce type de manœuvre, ajoute son défenseur. On en revient au rôle du richissime homme d’affaires. «Il n’est aucune des sociétés du groupe. Il est un bénéficiaire de Balda, fondation que je préside, et il ne reçoit de l’argent que si moi je décide de le verser», explique encore Me Bonnant. Une rémunération que l’intéressé touche pour être «un merveilleux conseiller».

«Que du droit»

Le Ministère public a dit qu’un acquittement dans cette affaire équivaudrait à rendre impossible toute condamnation du chef de corruption d’agent public étranger et constituerait une sorte de mode d’emploi à destination des apprentis du pot-de-vin? Me Bonnant en appelle lui aussi au tribunal: «Mon rêve est que vous ne fassiez que du droit. La justice n’est pas rendue pour donner des gages à l’opinion publique, elle doit se contenter d’être juste.»

A ces mots, Beny Steinmetz et ses deux coaccusés, invités à prendre la parole en dernier, ne voudront rien ajouter. Il leur faudra attendre jusqu’à vendredi pour connaître le verdict.

Lire également tous nos articles sur le procès:

Au procès de Genève, la défense dénonce la vacuité du dossier Steinmetz

L’affaire Steinmetz, «c’est un cas d’école en matière de corruption»

Le baroudeur de l’affaire Steinmetz livre un récit coloré au tribunal

Beny Steinmetz, l’insaisissable magnat des mines

La défense de Beny Steinmetz échoue à faire imploser le procès de Genève

A Genève, le procès des affaires guinéennes de Beny Steinmetz s’annonce houleux