Genève

Pour sa défense, Dominique Warluzel fait appel à son meilleur ennemi

Poursuivi pour avoir tiré un coup de feu en direction d’une aide soignante, le célèbre avocat genevois est désormais défendu par Charles Poncet, avec qui il était pourtant gravement brouillé, et Christian Lüscher

Dominique Warluzel change à nouveau d’avocats. Poursuivi depuis le mois de février dernier pour avoir fait feu en direction d’une aide-soignante dans une suite médicalisée de l’hôtel La Réserve, le célèbre avocat genevois a décidé de recourir aux services de son ancien associé et meilleur ennemi, Charles Poncet, qui assure désormais sa défense aux côtés de Christian Lüscher, a appris Le Temps.

«Il est exact que Me Dominique Warluzel a souhaité confier la défense de ses intérêts à notre étude. Nous avons accepté. Il ne sera fait aucune autre déclaration», confirment les deux intéressés dans un courrier laconique. Prévenu de tentative de meurtre par dol éventuel et de mise en danger de la vie d’autrui, Dominique Warluzel avait tout d’abord été représenté par Marc Bonnant et Pascal Maurer. Le premier avait dû renoncer à son mandat en raison de la possible implication de l’étude dans la remise de l’arme. Le second, lui, s’était rapidement découragé, laissant toute la place au très médiatique Jacques Barillon. Lequel ne fait donc plus partie du dossier depuis cet été.

Le fait que Dominique Warluzel confie à présent la défense de ses intérêts à Charles Poncet est pour le moins piquant. L’association entre les deux hommes avait en effet tourné au vinaigre dans les années 1990. S’en était suivie une profonde et notoire inimitié. Comment donc expliquer que Dominique Warluzel appelle Charles Poncet et Christian Lüscher à la rescousse? «Dans certaines circonstances, les inimitiés personnelles s’effacent certainement devant la mission de la défense», sourit une source proche du dossier.

Arrêté le 2 janvier dernier, Dominique Warluzel avait passé deux mois en détention provisoire avant d’être remis en liberté sous conditions. Vers quelle issue la procédure se dirige-t-elle? En charge du dossier, le procureur général Olivier Jornot se refuse à tout commentaire. Mais selon nos informations, Dominique Warluzel pourrait être jugé rapidement en procédure simplifiée, ce qui impliquerait de sa part une reconnaissance de culpabilité.

Publicité