Administration fédérale

La Défense et les Finances changent de patron

Ueli Maurer et Guy Parmelin ont pris possession des clés de leur nouveau département respectif. Un espoir pour les hauts cadres latins?

Eveline Widmer-Schlumpf a symboliquement transmis à Ueli Maurer mardi les clés du Département fédéral des finances (DFF), Ueli Maurer celles du Département fédéral de la défense (DDPS) et Corina Casanova celles de la Chancellerie à Walter Thurnherr. Tous trois entrent formellement en fonction le 1er janvier.

Ueli Maurer emmène avec lui deux collaborateurs: le chef de la communication Peter Minder, qui remplacera la Valaisanne Brigitte Hauser-Süess au DFF, et son conseiller personnel Matthias Müller. Guy Parmelin en profitera-t-il pour «latiniser» un département de la Défense extrêmement germanophone? «J’y porterai une attention particulière lors des prochaines mutations. J’ai regardé l’organigramme et l’âge des personnes», répond-il laconiquement. Il ne le dit pas, mais la question de l’âge concernera notamment le chef de l’armée André Blattmann, dont plusieurs observateurs pronostiquent le prochain départ en retraite anticipée. En fonction depuis 2009, il aura 60 ans en mars 2016.

Or, parmi les noms évoqués pour lui succéder, il y a celui du divisionnaire Philippe Rebord. Agé de 58 ans, d’origine valaisanne et licencié en histoire de l’Université de Lausanne, il est le commandant de la Formation supérieure des cadres de l’armée à Lucerne. Il a sous sa responsabilité l’Ecole centrale, l’Ecole d’état-major général, l’Académie militaire de l’EPFZ, l’Ecole des sous-officiers de carrière et l’Etat-major de l’instruction opérative.

A l’heure actuelle, aucun Romand ne dirige une unité administrative du DDPS. Le dernier était le directeur de Swisstopo Jean-Philippe Amstein, qui a été remplacé par un Alémanique en 2014. Lorsqu’on évoque cette situation, Ueli Maurer réplique que quatre des sept responsables des états-majors de l’armée, dont Philippe Rebord, sont romands.

Il reconnaît cependant que «c’est un devoir pour tous les départements de promouvoir les candidatures latines, et aussi les femmes». Son changement de porte-feuille offre peut-être l’occasion à son successeur de franchir le pas: «Il y a trente ans, depuis le départ de Jean-Pascal Delamuraz, que le DDPS est en mains alémaniques», rappelle le Zurichois.

Secrétaire générale vaudoise?

Guy Parmelin devra commencer par remplacer la secrétaire générale du DDPS, Brigitte Rindlisbacher, qui va prendre une retraite anticipée. Confiera-t-il ce poste à Nathalie Falcone-Goumaz, membre de l’UDC et actuelle secrétaire générale adjointe du Département fédéral de l’économie de Johann Schneider-Ammann? C’est un scénario possible.

Quant à Ueli Maurer, les observateurs doutent qu’ils nomment des Romands dans un département qui, lui aussi, reste très majoritairement germanophone. Il devra néanmoins se préoccuper de la communication en direction de la Suisse latine, tâche que Peter Minder ne pourra assurer à lui seul.

A la Défense, Guy Parmelin aura deux grands défis à relever: le bouclement du dossier du développement de l’armée devant le parlement et le possible vote populaire sur la loi sur le renseignement, contre lequel un référendum a été lancé. «J’arrive à une période intéressante. Il y a d’importants chantiers ouverts. Il faudra notamment concrétiser le développement de l’armée sur le terrain», analyse-t-il.

Ueli Maurer ne révèle rien de ses intentions aux Finances. Mais, en lui remettant les clés, Eveline Widmer-Schlumpf lui a fait quelques allusions mardi. Elle a insisté sur la nécessité de trouver une «voie médiane» pour utiliser au mieux l’argent disponible. Et sur celle d’acquérir la confiance des directeurs d’office, dont elle a souligné les qualités, en particulier l'«absolue loyauté».

Les regards se tournent vers le directeur de l’Administration fédérale des finances (AFF), Serge Gaillard. Ancien secrétaire central de l’Union syndicale suisse, âgé de 60 ans, il avait été appelé par Eveline Widmer-Schlumpf à reprendre les rênes du budget fédéral. S’entendra-t-il avec Ueli Maurer?

Publicité