GENEVE

Définitivement propriété du CERN, le Palais de l'équilibre est rebaptisé «Globe de l'innovation»

Le Conseil fédéral officialise le don de l'attraction d'Expo.02 au centre de recherche. Ouverte au public, la sphère accueillera des expositions de vulgarisation scientifique.

Pascal Couchepin l'avait annoncé le 4 juin dernier en visitant le CERN, et ce même si le Conseil fédéral n'avait pas encore pris de décision. De retour de vacances, le gouvernement suisse a tranché hier: il offre bel et bien au centre le Palais de l'équilibre, l'attraction phare d'Expo.02. La sphère en bois dont le sommet culmine à 27 mètres sera rebaptisée «Globe de l'innovation». Conçu à Meyrin par les architectes Hervé Dessimoz et Thomas Büchi, le pavillon de l'arteplage de Neuchâtel sera donc remonté à Meyrin, à quelques mètres de la frontière française, dès avril 2004.

La candidature du CERN a été préférée à celle de l'industrie suisse du bois, qui souhaitait reconvertir le pavillon de l'exposition nationale en un centre de conférences à Oensingen (SO). Lancy, Yverdon, Le Bouveret ou Neuchâtel ont aussi convoité la boule avant de se désister. «Le comité d'experts chargé par la Confédération d'établir quel projet recevrait le Palais de l'équilibre a conclu que le CERN répondait davantage aux critères fixés par Berne», relève Christophe Hans, porte-parole du Département fédéral de l'économie. La Confédération, propriétaire de l'infrastructure, voulait que le repreneur s'engage notamment à garantir la pérennité de la construction, une utilisation à caractère public et un fonctionnement économique durable. Sur l'ensemble de ces critères, le CERN a recueilli un total de 35 points, contre 22 à l'industrie du bois.

«C'est une excellente nouvelle», se réjouit Carlo Wyss, directeur des accélérateurs au CERN et chef du projet «Globe de l'innovation». La boule en bois aura pour vocation d'accueillir le public et les invités du Centre européen de recherche nucléaire. Chaque année, quelque 40 000 personnes intéressées par la recherche fondamentale visitent le CERN, en dépit d'infrastructures inappropriées pour les recevoir. En outre, dès le lancement des prochaines expériences du LHC, plus personne ne pourra pénétrer dans l'accélérateur de particules en raison de la radioactivité générée. Pour le CERN, la création d'un centre d'exposition attractif était nécessaire. «Avec une capacité d'accueil de 1000 visiteurs à l'heure pendant Expo.02, le Palais de l'équilibre correspond à l'usage que nous comptons en faire», indique Carlo Wyss.

Les 700 m2 de surface du rez-de-chaussée seront consacrés à la vulgarisation scientifique à destination du public. Une exposition sur l'infiniment grand à l'infiniment petit jalonnera les rampes hélicoïdales qui conduisent au premier étage. Là-haut, l'espace sera réservé à l'organisation de forums ou à l'accueil des entreprises privées qui collaborent avec le CERN.

Le Globe de l'innovation sera érigé à côté du nouveau centre de contrôle du CERN, là où, 24 heures sur 24, les physiciens commanderont les expériences et enregistreront leurs résultats. Un pavillon de liaison en forme d'arc reliera les deux bâtiments. «Le public pourra ainsi regarder les physiciens travailler», explique Carlo Wyss.

L'acquisition du Palais de l'équilibre ne coûtera pas grand-chose au CERN. Initialement, le budget comprenant le démontage, le transport, le remontage et l'adaptation de la construction a été évalué à 6,4 millions. «L'aide de l'armée, qui interviendra pour le démontage et le remontage de la sphère, nous permet d'économiser environ 2 millions», estime Carlo Wyss. Par ailleurs, en plus de l'offre du Palais de l'équilibre, la Confédération va assumer 4 millions de francs. Il s'agit d'un crédit fédéral, non utilisé par le centre de recherche, que Berne voulait récupérer sauf si le CERN obtenait la boule en bois. Du coup, seuls 400 000 francs seront à la charge du nouveau propriétaire du Globe de l'innovation.

«Plusieurs travaux devront être entrepris pour rendre la construction utilisable toute l'année et pendant longtemps», explique le chef de projet. A l'intérieur, une isolation thermique sera fixée sur les parois, les boiseries – du pin Douglas – devront être recouvertes de trois couches de protection contre les changements climatiques, tandis qu'une calotte en ferblanterie recouvrira le sommet de la boule pour assurer l'écoulement de l'eau de pluie.

Le CERN espère que son Globe de l'innovation sera prêt pour accueillir en octobre 2004 les commémorations de ses 50 ans d'existence. Pour cela il faut encore attendre que l'Etat de Genève accepte de déclasser la zone agricole sur laquelle sera remontée la sphère de bois.

Publicité