«Si l’on m’avait dit, il y a tout juste six mois, que ma dernière Assemblée des délégués comme président se tiendrait par voie électronique, je ne l’aurais évidemment pas cru», a dit le président Christian Levrat samedi devant les délégués du Parti socialiste suisse réunis en ligne, via YouTube. Son successeur sera élu lors du prochain congrès du PS, les 17 et 18 octobre prochain.

La présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, et le conseiller fédéral Alain Berset ont de leur côté salué l’engagement des femmes et des hommes, en première ligne pendant la pandémie. «Infirmières, vendeurs, formatrices, employés de la poste ou de garderie. Ils travaillent tous beaucoup mais gagnent peu. C’est pourquoi nous les défendons, pour de meilleures conditions de travail et des salaires équitables», a dit la Bernoise.

Pour elle, tout ne doit pas continuer comme avant. «Je veux mieux positionner la Suisse, a-t-elle souligné. Si la crise a montré quelque chose, c’est l’importance du service public.» La Poste a continué d’assurer les transactions et de livrer les colis à domicile, et les chemins de fer de transporter des tonnes de marchandises. La présidente défend aussi l’environnement, en voulant investir dans l’électricité propre en Suisse. «La nouvelle loi sur le CO2 est un pas important dans cette direction», estime-t-elle.

Nouvelle assurance sociale

Et Alain Berset de poursuivre: «L’heure est venue de montrer plus de solidarité avec les femmes qui travaillent à temps partiel, qui peinent à joindre les deux bouts et qui – en plus – assurent l’essentiel des tâches domestiques. Malgré leur énorme engagement, ces femmes risquent de basculer dans la pauvreté à la retraite, à cause de rentes trop faibles.» Pour cette raison, le Conseil fédéral a décidé d’introduire une nouvelle assurance sociale pour les chômeurs en fin de droits de plus de 60 ans, a-t-il rappelé. Celles et ceux qui ont travaillé toute leur vie doivent pouvoir arriver à la retraite dans la dignité.

Lire aussi La démocratie suisse se met en mode pause

Mais il appelle à la vigilance. «Oui, la réforme a été adoptée par le parlement avec une majorité claire, mais elle risque d’être combattue par référendum.»

Le PS a défini ses mots d’ordre pour les votations fédérales du 27 septembre avec 1 oui et 4 non. Les délégués soutiennent un congé paternité de deux semaines et recommandent de glisser un non dans l’urne contre l’initiative de limitation et l’achat de nouveaux jets. Les délégués ont également rejeté le «cadeau fiscal pour les familles aisées» impliqué par la déduction fiscale des frais de garde des enfants par des tiers, via une modification de la loi fédérale sur l’impôt fédéral direct (IFD). Enfin, la révision de la loi sur la chasse est rejetée.

Lire également Vous pleurez ce dimanche de votations? Préparez-vous pour le 27 septembre!

Le PS soutient en outre l’initiative pour une 13e rente AVS, lancée par l’Union syndicale suisse en novembre dernier. Elle demande le versement d’une rente de vieillesse supplémentaire, du même montant que la rente AVS perçue chaque mois. Cela correspond à une hausse mensuelle des rentes de 8,33%.

Elections au comité directeur du PLR

Le PLR adoptera, quant à lui, ses recommandations de vote pour quatre des cinq objets soumis à la votation du 27 septembre lors de la prochaine assemblée des délégués, le 22 août. En janvier, le parti avait déjà clairement rejeté l’initiative de limitation de l’UDC.

Egalement réunis en assemblée virtuelle samedi, les délégués du parti bourgeois ont largement réélu Petra Gössi à la présidence du parti, par 267 voix sur 283. Le conseiller aux Etats Andrea Caroni (AR) et le conseiller national Philippe Nantermod (VS) ont été reconduits à la vice-présidence. Le conseiller aux Etats Philippe Bauer (NE) et les conseillers nationaux Alex Farinelli (TI) et Andri Silberschmidt (ZH) complètent le comité directeur. Le PLR a utilisé un logiciel de vote en ligne pour cette «e-ADD», précise-t-il dans un communiqué.

A l’ouverture de l’assemblée, la Schwytzoise a annoncé son intention de développer une politique du PLR visant à transmettre un monde dans le meilleur état possible aux générations futures. La sécurité de l’emploi, la prévoyance ainsi qu’un cadre de vie préservé sont au cœur de sa réflexion. Ces trois sujets seront largement débattus avec la base du parti, afin de continuer à développer le succès du modèle suisse. Cette stratégie s’articule autour de trois axes: assurer la force économique de la Suisse pour garantir à chacun un emploi, maintenir une protection sociale pour que les générations futures puissent en bénéficier elles aussi et protéger l’environnement et la qualité des infrastructures.