Le visage urbain de Delémont a beaucoup changé depuis une décennie. Grâce à deux hommes: le conseiller aux Etats Pierre-Alain Gentil, maire de la ville de 1993 à 2004, et Hubert Jaquier, jeune urbaniste ajoulot. Par touches successives, ils ont imprimé un «développement urbain soigneux et de qualité», récompensé par le Prix Wakker 2006, décerné depuis 1972 par l'Association Patrimoine suisse, présidée depuis six mois par l'ancien conseiller d'Etat vaudois Philippe Biéler.

Un chèque symbolique de 20000 francs bienvenu pour Delémont qui vit un paradoxe: la ville est devenue plus agréable à parcourir et à vivre, mais elle ne parvient pas à soigner ses finances et sa population s'érode. La capitale jurassienne est passée de 11824 habitants en 1995 à 11266 l'an passé.

«Le Prix Wakker nous aidera à réaliser l'un de nos objectifs principaux, se réjouit le maire actuel, Gilles Froidevaux: développer une stratégie de marketing urbain et nous positionner tout près de l'agglomération bâloise.»

«Croissance vers l'intérieur»

Patrimoine suisse a été séduit par la stratégie urbaine de Delémont, «une croissance de la ville vers l'intérieur», explique l'experte Karin Artho.

L'axe reliant la vieille ville à la gare a été défini comme espace de développement. Les quartiers ont été subdivisés en îlots soumis à des cahiers de charges spécifiques. Plutôt que des règles rigides, la ville préfère inciter et sensibiliser. Au besoin, elle soutient les projets d'aménagement.

Les amoureux du patrimoine bâti ont par ailleurs été séduits par la transformation en «zones de rencontre» des deux quartiers principaux de Delémont: la vieille ville sur les hauteurs, avec des objets magnifiques tels le château épiscopal, l'hôtel de ville et six fontaines; et la place de la gare, autrefois triste et désordonnée, depuis quelques mois conviviale et aérée. «Ça rend l'accueil attrayant quand vous sortez de la gare», salue Karin Artho.

Depuis dix ans, Delémont la désargentée a ainsi investi près de 20 millions de francs pour changer de visage. «Ça s'est parfois joué à peu de choses, 70 voix lorsqu'il a fallu voter les 3,5 millions nécessaires à la transformation de la place de la gare», relève Gilles Froidevaux.

Attribué à Delémont, le Prix Wakker sert également les intérêts du Jura, qui s'emploie depuis plusieurs mois à se présenter comme une région attractive, où il fait bon vivre, proche des pôles urbains que sont Bâle, Berne ou Belfort-Montbéliard en France voisine.

Sur les 35 lauréats du Prix Wakker, du nom de l'homme d'affaires genevois Henri-Louis Wakker, décédé en 1972, seuls huit sont romands. Dont quatre situés dans l'Arc jurassien: Porrentruy (primé en 1988), La Chaux-de-Fonds (en 1994), Bienne (en 2004) et Delémont en 2006.