C’était jeudi soir aux Boveresses, quartier nord de Lausanne: un match de football sauvage réunissait quelque 1000 jeunes, âgés de 16 à 20  ans, sur fond de musique et de pétards. Totalement illégal, à l’heure où le déconfinement n’en est encore qu’à sa deuxième mi-temps, limitant les rassemblements à cinq personnes au maximum. La police municipale, qui se rend sur les lieux, décide pourtant de ne procéder à aucune interpellation – pour ne pas «ajouter du désordre au désordre», expliquera à la RTS Pierre-Antoine Hildebrandt, élu PLR chargé de la police municipale.

Lire aussi: Un match de foot sauvage a rassemblé 1000 personnes à Lausanne jeudi