Migrations

Les demandes d’asile en Suisse sont au plus bas depuis 2010

L’année dernière, 18 088 personnes ont déposé une requête. C’est un tiers de moins qu’en 2016. Le recul de la migration passant par la Méditerranée, combiné au recul des mouvements migratoires en provenance d’Afghanistan, de Syrie et d’Irak, expliquent ce chiffre

Les demandes d’asile en Suisse diminuent. L’année dernière, 18 088 personnes ont déposé une requête, soit un tiers de moins qu’en 2016. Ce chiffre est le plus bas enregistré depuis 2010. La baisse vient du recul de la migration passant par la Méditerranée centrale depuis mi-juillet 2017, a indiqué lundi le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM). S’y ajoute la baisse des mouvements migratoires en provenance d’Afghanistan, de Syrie et d’Irak, qui étaient encore très marqués début 2016.

Lire ici la lettre ouverte du Secrétaire général de l'ONU: Vers un nouveau pacte mondial sur la migration

Le principal pays de provenance des requérants d’asile reste l’Erythrée, avec 3375 demandes. Leur nombre a toutefois diminué de près de 35% sur un an. La Syrie arrive en deuxième position avec 1951 demandes (-9%), suivie de l’Afghanistan avec 1217 demandes (-62%), la Turquie avec 852 demandes (+62%), la Somalie avec 843 (-46,7) et le Sri Lanka avec 840 (-38,8%).

Outre les demandes de personnes venant de Turquie, les requêtes de ressortissants de Géorgie sont aussi en hausse (+44% pour 670 cas). Cette évolution s’expliquerait par le fait que depuis le printemps 2017, ceux-ci peuvent se rendre dans l’espace Schengen sans visa.

Lire également: Contre l’UE et la migration, l’UDC lance une nouvelle initiative populaire

Un taux de reconnaissance de 25,8%

L’an dernier, 27 221 demandes d’asile ont été réglées en première instance, ce qui représente 4078 cas ou 13% de moins que l’année précédente. L’asile a été accordé à 6360 personnes. Le taux de reconnaissance (octroi de l’asile) s’est élevé à 25,8% contre 22,7% en 2016. A fin décembre, 20 503 demandes d’asile étaient pendantes en première instance (-26% sur un an).

L’an dernier, 1713 personnes ont quitté le territoire suisse de manière autonome (-32,3%). Dans l’ensemble, le nombre de départs a baissé par rapport à 2016, consécutivement au recul du nombre de demandes d’asile. Tandis que les départs ont diminué pour les ressortissants de la plupart des pays, ceux des Géorgiens ont fortement augmenté (+42,2%).

Programmes du HCR et de l’UE

La Suisse a accueilli 590 personnes dans le cadre du programme de réinstallation du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Ce programme s’adresse à des réfugiés particulièrement vulnérables qui se trouvent en Syrie et dans les pays voisins. En décembre 2016, le Conseil fédéral a décidé d’admettre en l’espace de deux ans un nouveau contingent de 2000 victimes du conflit syrien.

En décembre, 25 sont venues en Suisse de Grèce ou d’Italie dans le cadre du programme de relocalisation de l’Union européenne. Depuis son lancement en septembre 2015, la Suisse a reçu 1480 personnes. Les 20 personnes restant à accueillir pour atteindre le quota prévu, soit 1500 personnes, arriveront en début d’année 2018.

Au 31 décembre, 896 requérants d’asile exerçaient une activité professionnelle, soit un taux de 4,9% sur l’ensemble de la Suisse. Parmi les personnes admises à titre provisoire, 8635 exerçaient une activité lucrative (taux d’activité: 31,7%).

Publicité