Valais

Les démocrates-chrétiens se partagent l’héritage de Jean-Michel Cina

Les nouveaux ministres valaisans se sont réparti leurs tâches. Comme promis, Christophe Darbellay associe la formation et l’économie. Roberto Schmidt prend les finances et l’énergie pendant que Jacques Melly hérite de l’aménagement du territoire

En guerre contre Oskar Freysinger, Christophe Darbellay a longtemps martelé que l’économie et la formation sont «indissociables». Ce vendredi, l’Etat communique que les cinq nouveaux élus se sont accordés sur une répartition des tâches. L’ancien président du PDC suisse tient une promesse de campagne: Nouveau chef de l’école valaisanne, il récupère aussi une part de l’héritage de Jean-Michel Cina. Il prend le Département de l’économie et de la formation.

Lire aussi: Pour Christophe Darbellay, «la gestion du Valais doit changer»

Les deux élus sortants optent pour la continuité. Ministre de la santé, des affaires sociales et de la culture, la socialiste Esther-Waeber conserve la responsabilité des dossiers délicats de l’hôpital du Valais. En charge des transports, de l’équipement et de l’environnement, Jacques Melly poursuivra les travaux de la troisième correction du Rhône et de l’autoroute du Haut-Valais.

Prochain président du gouvernement, Jacques Melly récupère aussi un dossier important de Jean-Michel Cina. Le service du développement territorial rejoint son département. Le démocrate-chrétien sera donc chargé de l’application de la LAT. Trois semaines après son entrée en fonction, le 21 mai prochain, les Valaisans voteront sur ce sujet très sensible.

Roberto Schmidt ministre des finances

A l’origine du vote sur la sortie du nucléaire au parlement fédéral, le chrétien-social haut-valaisan Roberto Schmidt prend l’énergie et ses épineuses questions hydroélectriques, la troisième part de l’héritage de Jean-Michel Cina. Il succède aussi à Maurice Tornay à la tête des finances de l’Etat, que les démocrates-chrétiens n’ont pas pu se résoudre à céder aux libéraux-radicaux.

Néophyte politique et nouveau chef de la police, Frédéric Favre récolte la sécurité, les institutions et le sport. Favorable à la création d’une assemblée constituante, le libéral-radical pilotera la révision de la constitution. Il dirigera aussi le service des affaires communales, critiqué dans l’affaire des constructions de Verbier. Sur les réseaux, il dit sa «grande satisfaction».

Recours devant le Tribunal fédéral

Ce gouvernement remanié semble prioriser la fiscalité des entreprises. Il devrait entrer en fonction le premier mai, malgré les protestations de l’UDC. La commission de justice a dénombré 119 votes frauduleux jusqu’ici. Après une défaite au parlement, le comité exécutif du parti a décidé ce jeudi de recourir au Tribunal fédéral contre les résultats de l’élection qui a évincé Oskar Freysinger du gouvernement.

Notre éditorial: Christophe Darbellay n’a pas le droit à l’erreur

Publicité