Dans le canton de Vaud, une candidate de 19 ans, émanant d’un collectif d’activistes du climat, a fait dimanche dernier le score considérable de 23% lors d’une élection partielle au Conseil d’Etat. Le contexte est, certes, très particulier, les Verts et la gauche ne concourant pas. Cela demeure cependant un signal.

Le questionnement est alors profond: la lutte contre le réchauffement climatique est-elle soluble dans la démocratie, en Suisse ou ailleurs? Si une majorité de la population considère avec bienveillance le monde scientifique, ses rapports, ses appels à l’urgence, le ressenti individuel et quotidien des Suisses, citoyens ou élus, est très différent. Mais en réalité, l’ensemble des acteurs de la société continue sa route comme avant ou avec des modifications comportementales personnelles si ténues que leur impact est négligeable.