Mobilité

Départ imminent pour le nouveau TGV Lyria

Le TGV reliant la Suisse à la France fait peau neuve: avec des rames à deux étages, il offre plus de places et de fréquence à ses voyageurs. L’occasion pour le gouvernement vaudois de s’exprimer de nouveau sur l’importance de la desserte de Vallorbe

A l’heure où les choix de mobilité n’ont jamais paru aussi complexes, le TGV Lyria reliant la Suisse à la France renouvelle son offre. Dès le 15 décembre prochain, la compagnie offrira plus de capacité et de fréquence à des prix qu’elle veut attractifs. Elle rappelle qu'«il n’existe pas d’alternative aussi performante que le train pour relier les deux pays».

«Les enjeux climatiques vont avoir un impact majeur sur notre mobilité», entame Fabien Soulet, directeur de TGV Lyria. «Nous aurions simplement pu attendre que les gens viennent de plus en plus au train. Nous avons opté pour une attitude plus volontariste en prenant nos responsabilités pour accélérer cette préférence croissante vers le rail.» Il détaille les améliorations à venir. «Les 15 rames à deux niveaux et les fréquences supplémentaires offriront une capacité de +30% du nombre de places par jour. Entre la Suisse et la France, les 4500 sièges additionnels journaliers équivalent à 30 vols d’Airbus A320», aime-t-il comparer, ajoutant que le train a un bilan carbone 23 fois inférieur à l’avion.

La polémique sur le changement d'horaire: L’horaire 2020 des TGV met Vaud et Berne en colère 

Huit fois Genève-Paris dans la journée

Les nouveaux horaires seront cadencés; ainsi, pour le trajet Genève-Paris par exemple, il y aura un train toutes les deux heures entre 6h29 et 20h29. La fréquence du Genève-Paris sera augmentée à huit allers-retours par jour (contre seulement cinq parfois aujourd’hui); il y aura six allers-retours Lausanne-Paris dont trois par Vallorbe et trois par Genève (contre aujourd’hui quatre à cinq selon les jours).

Il y a un an, l’abandon annoncé d’une des quatre liaisons quotidiennes directes entre Lausanne et Paris par la ligne de Vallorbe avait fâché les responsables politiques des régions concernées. Mardi, lors de la présentation des rames Lyria 2020, la présidente du gouvernement vaudois, Nuria Gorrite, est revenue sur la question. «Le canton de Vaud et Lyria ont eu quelques divergences durant une partie de l’année et il est important aujourd’hui de rappeler que celles-ci ne portaient pas sur l’ambition partagée d’offrir une vraie alternative, crédible et confortable à l’avion entre Paris et la Suisse, a-t-elle amorcé. Nous trouvions que l’ambition était beaucoup trop timorée pour l’axe historique Lausanne-Vallorbe-Paris; nous continuerons à nous battre et à défendre ensemble, avec la région Bourgogne-Franche-Comté et le canton de Neuchâtel, la préservation de cette ligne stratégique. La SNCF, la société Lyria et les CFF ont reconnu que ces préoccupations étaient légitimes. Nous persisterons à travailler au développement de cette voie traversant le massif du Jura, garantissant l’accessibilité de Neuchâtel, Fribourg, Berne, du Valais et de Vaud à Paris.»

«La route de Vallorbe est pérenne, les capacités sont même en augmentation par rapport au passé», a, quant à lui, justifié Fabien Soulet.

A ce propos: Bras de fer autour du TGV franco-suisse  

Wi-fi accessible dans l’ensemble des trains

Un petit tour dans les rames permet de juger sur pièces. Les trains ne sont pas neufs, ils datent d’il y a «trois ou quatre ans», mais leur rénovation se monte à un demi-milliard de francs. Sur les deux étages, les places assises et les accoudoirs ont été changés. Sièges bleu roi de taille moyenne pour la classe standard, avec une prise électrique pour deux passagers. Fauteuils en velours gris inclinables avec une prise par personne pour les classes supérieures (Standard 1ère et Business 1ère). Concernant la propreté et la maintenance des commodités et du reste du matériel, «l’équipe Lyria promet d’assurer à l’avenir le confort de ses usagers de façon très supérieure aux conditions actuelles». En classe Business 1ère, les voyageurs bénéficient de la garantie de pouvoir emprunter tous les trains de la journée sur la même destination et d’un menu concocté par le chef étoilé Michel Roth. «Des plats au clin d’œil franco-suisse», relève le cuisinier. Le wi-fi sera en accès libre sur l’ensemble de la nouvelle flotte.

Les prix des voyages ne bougent pas, le montant de l’aller simple standard sous réserve de disponibilité est de moins de 60 francs.

Face à l’urgence climatique décrétée par beaucoup, le développement des lignes ferroviaires internationales apparaît comme l’unique alternative crédible à l’avion. L'augmentation de l’offre Lyria entre la France et la Suisse apparaît donc comme une première réponse, en attendant le retour des grands express européens et des trains de nuit.

Publicité