Suisse

Les dépenses excessives de hauts gradés de l’armée pointées du doigt

Alors que les notes de frais des élus genevois font parler, un rapport d’audit du DDPS met en avant les dépenses abusives de certains officiers de l’armée suisse

Vols en hélicoptère, soirées arrosées ou encore cours de golf. Un rapport d’audit révélé par La Liberté et le Tages-Anzeiger met en avant les dépenses abusives de plusieurs officiers de haut rang de l’armée suisse. Un rapport mandaté par le Département fédéral de la défense (DDPS) qui aurait dû être tenu secret mais qui a été rendu public grâce à la loi sur la transparence.

Des chiffres accablants

On apprend notamment grâce à ce document que les épouses de certains officiers étaient invitées à des séminaires où elles se rendaient en hélicoptère. Quelques légèretés auxquelles s’ajoutent des frais de soirées très éloquents. En 2015, 4014 collaborateurs se sont présentés à Granges à la soirée annuelle du rapport d’armée. Total de la note: près de 580 000 francs déboursés entre repas, boissons, infrastructure technique et location, comme le révèle La Liberté.

Lire aussi: Cinq gradés de l’armée accusés d’avoir monté un business parallèle

Mise en œuvre de plusieurs mesures

Pour l’heure, l’affaire n’a donné lieu à aucune sanction. Le département du conseiller fédéral Guy Parmelin dit avoir pris des mesures. Il explique par ailleurs qu’une enquête interne avait démontré que l’essentiel des faits reprochés n’étaient pas interdits et qu’ils relevaient plus de la tradition.

De nouvelles directives sur les frais, les événements et l’octroi de cadeaux, qui standardisent le processus de contrôle et de remboursement des frais, avaient déjà été édictées en septembre dernier dans le cadre de l’affaire du médecin en chef de l’armée à qui on reprochait aussi des notes de frais trop élevées.

Lire également: Le médecin en chef de l’armée serait tombé pour des notes de frais trop élevées

Depuis, les invitations réciproques à des repas d’affaires ne sont plus admises et les partenaires des collaborateurs ne peuvent plus être invités à des manifestations aux frais du contribuable. Guy Parmelin est tout de même attendu la semaine prochaine pour des explications devant les commissions de gestion du National.

Publicité